Partira, partira pas ? La question brûle les lèvres de tous les supporters et dirigeants usmistes. Mais dans un entretien accordé jeudi 16 mai à nos confrères de RMC, Rolland Courbis est resté vague sur son avenir à la tête de l’USMA.

L’euphorie règne encore à Alger, quatre jours après un doublé historique. Deux semaines après avoir remporté la Coupe d’Algérie pour la première fois face au voisin mouloudéen (1-0), un classico que l’ancien entraîneur marseillais compare à « un PSG-OM puissance 10 », l’USMA s’est adjugé la Coupe arabe des clubs mardi 14 mai. « La satisfaction est encore plus énorme quand on sait qu’on ne doit ces deux exploits qu’à nous-mêmes, et à ceux qui ont toujours été sympas avec nous. Les autres ne m’intéressent pas du tout. Malgré toutes les difficultés qu’on a pu rencontrer, on a réussi à gagner la Coupe d’Algérie en jouant à l’extérieur, sur le terrain de notre adversaire, et la Coupe arabe avec un calendrier démentiel, notamment un dernier match de championnat, 3 jours avant cette finale… », a déclaré jeudi l’entraîneur usmiste au micro de RCM, la station de radio où il intervient également en la qualité de consultant.

Mais l’euphorie pourrait rapidement retomber si le coach français décide de plier bagages, six mois à peine après son arrivée dans le vestiaire des Rouge et Noir. Interrogé par nos confrères de RMC sur une prolongation de son contrat, Rolland Courbis avoue ne pas avoir pris de décision pour le moment. « On ne viole pas un secret en disant que je n’ai rien décidé. Je boucle ma saison avec les 2 matchs de championnat qu’il reste. J’ai, ensuite, un rendez-vous important avec mon président. Beaucoup de choses m’ont plu, mais beaucoup de choses m’ont déplu », a-t-il répondu.

Touché par les insultes d’une partie du public

Et parmi « ces choses » qui ont affecté Coach Courbis : le comportement déplacé et les insultes « d’une partie du public usmiste au moment où l’équipe avait fait un mauvais résultat et demi ». «Sincèrement, je vais y réfléchir à deux fois parce que je veux bien bosser. Je n’ai jamais été fainéant, mais travailler comme je l’ai fait depuis 6 mois et demi pour être insulté par une partie du public dans la période où on a fait un mauvais résultat et demi, je veux bien être dans un endroit de passionnés, mais je ne sais pas ce que veut dire le mot passionné. Je dois avoir une lacune en ce qui concerne le vocabulaire !», a-t-il confié. Affecté, l’homme est aussi épuisé par ses obligations professionnelles. Avec sa double casquette d’entraîneur de l’USMA et de consultant pour RMC Sport, Rolland Courbis s’interroge sur un rythme de travail effréné, lui qui a souffert d’ennuis de santé par le passé.

De son côté, la direction du club, qui jubile après une saison fini sur les chapeaux de roue, a fait savoir qu’elle veut à tout prix conserver son  technicien. « Nous allons tout faire pour garder Courbis. Il a une grande part dans les résultats réalisés. Il a fait un très bon travail mais pour l’heure rien n’est encore fait », a indiqué Rebbouh Haddad, vice-président de l’USMA.

Article précédentMédéa: un député agresse une employée de l’Algérienne des Eaux
Article suivantUSMH – MCA : Un match sous haute tension