Les malades algériens risquent d’être pénalisés. Dès dimanche prochain, les pharmaciens de tout pays risquent d’afficher boutique close. La raison ? Protester contre une nomenclature du médicament jugée caduque.

Selon des sources proches du Syndicat national des pharmaciens d’officine, le recours à la grève est justifié par le fait que les marges bénéficiaires que prennent les pharmacies sont régies par une ancienne loi que les autorités ne veulent pas revoir. Or, les pharmaciens estiment que leurs marges bénéficiaires ne répondent pas aux exigences actuelles et que cette nomenclature est désormais caduque.

Si les pharmaciens mettent leur menace à exécution, ce sera la première fois qu’ils observent une grève. Une situation qui risque de compromettre l’état de nombreux malades qui trouvent déjà du mal à trouver certains médicaments.

Rania Aghiles