Le Haut commandement de l’armée nationale populaire étudie de près le projet de nouvelle loi du service national.

C’était une promesse électorale du Président Abdelaziz Bouteflika, facilement réélu le 17 avril dernier, et elle pourrait bien être appliquée prochainement. Durant la campagne présidentielle, le chef de l’Etat, qui briguait un 4è mandat, s’était engagé à réduire la durée du service national, vécu comme un fardeau par nombre de jeunes algériens.

Ce sera bientôt chose faite. En effet, le Haut commandement de l’armée nationale populaire se trouve à « un stade d’étude avancé » du projet de réforme du service national, a indiqué dimanche le directeur du service national auprès du ministère de la Défense, le général-major Mohamed Salah Benbicha. Le projet de nouvelle loi sur le service national « sera mis en application dès son approbation », a-t-il précisé à l’occasion de l’ouverture des « portes ouvertes » sur le service national, organisées à Blida dimanche.

Mesure phare de ce projet de loi : la réduction à 12 mois du service national alors qu’il dure aujourd’hui 18 mois. Si ce projet de loi est approuvé, cette année passé au service des intérêts de la nation sera comptabilisée dans le calcul de la retraite et de l’expérience professionnelle. Autres avantages offerts aux jeunes appelés : « l’intégration dans un poste de travail de tout élément après l’accomplissement du service national, ainsi que la priorité qui lui est donnée pour son enrôlement dans les rangs de l’armée », détaille ce responsable militaire, qui a, par ailleurs, laissé entendre que l’indemnisation mensuelle accordée aux appelés sous le Drapeau sera revalorisée.

Ces mesure suffiront-elles à convaincre les jeunes algériens de mettre entre parenthèse leurs études ou projet professionnel pour servir sous le Drapeau ? Rien est sûr …

Avec APS