Sonatrach

Algérie énergie : Sonatrach a révélé que la facture d’importation de carburant a considérablement diminué, grâce aux projets d’agrandissement et de modernisation des raffineries.

Le vice-président en charge de la stratégie et de la planification à la Sonatrach, Rachid Zerdani, a déclaré que les importations du complexe s’élevaient à 300 millions de dollars au cours de l’année écoulée.

Cette valeur représente la facture d’importation du composé « méthyl tert-butyl éther », matériau nécessaire à la production de carburants, que le complexe s’abstiendra d’importer dès la mise en service du composé d’Arzew.

Selon Zardani, l’Algérie a fourni plus de 1,5 milliard de dollars d’importations au cours de l’année écoulée, la valeur des importations atteignant environ 2 milliards de dollars.

Le porte-parole a souligné que la Société nationale des hydrocarbures a augmenté sa production de 9 millions de tonnes d’équivalent pétrole à 185 millions de tonnes d’équivalent pétrole, contre 176 millions de tonnes d’équivalent pétrole en 2020.

Le même responsable a annoncé une augmentation des exportations de 13 millions de tonnes d’équivalent pétrole en 2021 par rapport à 2020, atteignant des niveaux d’exportation de près de 95 millions de tonnes d’équivalent pétrole, et un chiffre d’affaires de plus de 34 milliards de dollars.

Sonatrach, ajoute Zerdani, a intensifié ses efforts pour mobiliser de nouvelles réserves et accélérer leur mobilisation, afin de maintenir les niveaux de production.

Elle a également lancé des investissements estimés à 8 milliards de dollars par an sur 3 ou 4 ans, dont 70 % dans le domaine de l’exploration et de la production.

Selon le porte-parole, ces investissements ont varié de 17 à 18 milliards de dollars au cours des dix dernières années dans le domaine de l’exploration.

Sonatrach investit entre 800 millions et 1,2 milliard de dollars annuellement dans les bassins vides, dans le but d’obtenir des informations et d’identifier le potentiel pétrolier qu’ils recèlent.