A l’occasion de l’anniversaire des 50 ans de l’indépendance de l’Algérie, la chanteuse folk algérienne Souad Massi a fait une courte tournée aux Etats-Unis.

Au court de celle-ci, elle s’est arrêtée à Washington D.C. pour y jouer et faire une apparition sonore à la prestigieuse National Public Radio américaine.

Après sa prestation, Souad a donné une interview, guitare sur le dos.

« Je joue de la folk avec ma guitare classique là parce que je ne peux pas jouer comme sur l’album quand je suis seule », confie la chanteuse. Quand je suis avec mon groupe, c’est plus rock et plus fort ».

Les débuts de sa carrière n’ont pas toujours été simples : « C’était une période très difficile dans la vie de beaucoup de musiciens et de femmes. C’était difficile car c’était le début de la guerre civile en Algérie, j’étais une fille, je portais un jean et j’avais une guitare. J’attirais l’attention. »

Souad Massi chante en arabe, français et parfois en berbère. Après une longue pause en 1999, elle est invitée à un festival à Paris qui relance sa carrière. Elle a maintenant cinq albums à son actif.

Concernant sa musique, les thèmes sont très variés, et ses paroles sont parfois politiques.

« J’aime les chansons d’amour. J’aime aussi parler de tout ce qui me touche, la politique, l’histoire de quelqu’un qui est triste. Mais aussi des femmes qui se battent pour leurs droits. Je parle du monde autour de moi », explique Souad Massi.

Elle souligne l’influence et l’importance de sa famille dans son développement personnel et musical : « Depuis que je suis une petite fille, ma mère et toutes les femmes de ma famille m’ont poussée à étudier, à être forte. Elle me disait que c’était la seule façon d’être respectée et d’aider les autres. C’est dans mon sang.»

Lire l’interview sur le site de NPR ici

Sarah Haderbache