Rached Ghannouchi le leader du parti islamiste tunisien Ennahda s’est défendu ce lundi 17 juin, de s’ingérer dans les Présidentielles de 2014. Alors qu’il était soupçonné de soutenir Abderrazak Mokri, le chef du MSP,  Ghannouchi a remis les pendules à l’heure, et assure que l’Algérie a un Président « qui occupe la place naturelle qui lui sied et qu’il mérite. »

« Pure affabulation », c’est ainsi que Rached Ghannouchi a qualifié les propos qui lui ont été attribués par plusieurs titres nationaux de la presse. A la suite du passage de Ghannouchi, le weekend dernier, au colloque du MSP, plusieurs quotidiens ont rapporté qu’il avait publiquement soutenu le leader du MSP pour les Présidentielles de 2014. Il a affirmé qu’il n’était pas légitime pour « proposer la candidature de telle ou telle personne ». « Je ne suis pas un électeur dans ce pays, mais je dirai que le poste de Président est occupé par quelqu’un qui le mérite », a-t-il affirmé.

« Je ne vois pas pour quelle raison l’Algérie ira chercher aujourd’hui un Président puisqu’elle en possède déjà un qui occupe la place naturelle qui lui sied et qu’il mérite. Il s’agit du frère et ami, le président Abdelaziz Bouteflika, puisse Dieu le Tout-Puissant hâter son retour dans la plénitude de ses forces pour poursuivre ses missions », a encore précisé Rached Ghannouchi.

La rédaction avec APS