Les étudiants de l’École supérieure de Banque d’Alger ont entamé une grève illimitée depuis hier. Ils reprochent à l’administration de l’école un manque de respect et une dégradation de leurs conditions de travail.

L’Ecole supérieure de Banque de Bouzaréah est actuellement occupée par ses étudiants qui ont décidé de se mettre en grève pour dénoncer le traitement que leur réserve l’administration. Ils occupent actuellement la cour de l’école et exigent le départ immédiat du directeur général de l’école, Mahmoud Hemidet.

Les étudiants reprochent au directeur général un « manque de respect » à leur égard. « Nous avons été insultés, ils nous a traité de mal élevés, et d’autres injures que je n’ose pas répéter », nous a confié une étudiante, qui préfère garder l’anonymat. C’est cet évènement qui aurait mis le feu aux poudres.

Mais les étudiants dénonceraient depuis longtemps un climat délétère au sein de l’école. »Depuis des années nous subissons des injustices, il y a eu des étudiants exclus de l’école pour des raisons insensées, par exemple parce que des filles et des garçons étaient assis côte à côte. Nos conditions  de vie se dégradent, on a de plus en plus d’interdictions. Nous n’avons pas accès à certaines infrastructures de l’école, aux activités culturelles ou sportives, ou encore aux conférences. Tous les jours, il y a une une nouvelle règle sans qu’on ait des explications », explique l’étudiante.

La rédaction a tenté de contacter l’administration de l’école mais n’est, malheureusement, pas parvenue à la joindre. Cette dernière aurait tenté de nouer le dialogue avec les grévistes, ont expliqué les étudiants. Mais en  vain car les protestataires ont refusé de discuter avec les responsables de l’école. Ils exigent de rencontrer le Gouverneur de la Banque d’Algérie, dont l’école est l’une de ses structures, en personne ou l’un de ses représentants. Faute de quoi,  la grève sera maintenue…

 

Article précédentAlgérie : s’offrir des mandarines, des haricots verts ou des courgettes est devenu un luxe !
Article suivantLa Banque d’Algérie confirme : l’allocation touristique ne restera pas fixée à 140 euros