L’ex-chef de milice congolais a reconnu coupable de s’être servi d’enfants soldats pour commettre ses crimes.

Thomas Lubanga lors de son procès à la CPI

Le verdict était très attendu car il est historique. Il s’agit de la première condamnation de la Cour pénale internationale (CPI) depuis son installation en 2003 à La Haye. Thomas Lubanga a finalement été condamné à 14 ans de prison pour crime de guerre, à cause des exactions qu’il a mené dans le nord-est de la République démocratique du Congo.

L’enrôlement des enfants soldats, un crime de guerre

L’ex-commandant des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) était placé en détention à La Haye, depuis 2006, il lui reste donc 8 années de prison à purger.

La CPI l’avait déjà jugé coupable le 14 mars d’avoir enrôler des enfants soldats en 2002-2003 dans la guerre civile qui avait fait 60 000  morts. Cette condamnation est une première dans le monde, car elle établit que l’utilisation d’enfants dans des conflits est considérée comme criminel. Toutefois pour beaucoup de Congolais cette sentence reste trop clémente, et espéraient la perpétuité.

Thomas Lubanga n’était pas le seul mis en cause dans cette affaire, Bosco Ntaganda, ancien chef adjoint de l’état-major des FPLC, fait l’objet d’un mandat d’arrêt depuis 2006 par la CPI pour les mêmes crimes.

AB

Article précédentLa Fédération française de Football interdit le port du voile à ses joueuses
Article suivantAir France restructure son réseau africain