tuni Les touristes algériens continuent à faire le bonheur des hôtels et des stations balnéaires tunisiens. Selon des statistiques de l’office tunisien du tourisme, pas moins de 1,2 million d’Algériens visitent annuellement la Tunisie. Plusieurs facteurs expliquent cette préférence des algériens pour le voisin nord africain de l’Est. D’abord il y a l’absence de visa et la proximité mais aussi les prix compétitifs pratiqués par les tour-operators de ce pays. Les Algériens bénéficient du meilleur accueil. Ils sont choyés car ils constituent une manne importante. «Ils sont connus pour être dépensiers», estime un responsable d’une agence de voyage à Alger dont la Tunisie est la destination phare. Il précise qu’avec l’approche du mois de Ramadan, il y a eu une concentration des réservations durant les mois de juin et juillet. Elles vont s’estomper au fur et à mesure que le mois sacré approche. «Nous essayons d’organiser des séjours adapté à ces circonstances mais nous savons par expérience que les Algériens voyagent beaucoup moins pendant le Ramadan. Ils préfèrent la sédentarité et passer les soirées en famille», note-il.

L’avantage avec la Tunisie, c’est de pouvoir emporter son véhicule et pouvoir ainsi se déplacer à sa guise. D’ailleurs, plus de 87% des touristes algériens se déplacent en voiture ou en bus, par les 10 points de passage de la frontière tuniso-algérienne. La voie aérienne commence cependant à les séduire. On enregistre en effet depuis trois ans, une hausse du nombre des Algériens qui préfèrent l’avion notamment après l’établissement de plusieurs vols charters reliant les villes d’Oran, d’Alger, d’Annaba et de Constantine. Les expatriés Algériens résidant sous d’autres cieux plus précisément en France sont aussi très nombreux à venir séjourner en Tunisie et privilégient pour une bonne partie d’entre eux de venir par Ferry depuis Marseille ou Gênes.

Tourisme de santé

Hammamet et Sousse sont les villes les plus visitées en raison notamment de la qualité de leurs infrastructures hôtelières. Tabarka et l’île de Djerba attirent elles aussi de plus en plus d’Algériens à la recherche d’autres choses que les plaisirs qu’offre le balnéaire. Un autre type de tourisme a fait son apparition ces derniers temps. Il s’agit du tourisme de santé qui prend de plus en plus de l’ampleur. De nombreux Algériens du moins ceux qui ont en les moyens préfèrent désormais se déplacer vers le voisin tunisien pour s‘offrir des soins certes au prix fort mais à la qualité incontestable. Cela renseigne de l’idée que se font les Algériens de l’appareil de santé de leur propre pays qu’ils délaissent pour aller se soigner ailleurs. Les Algériens ne sont pas les seuls à aimer la destination Tunisie. Près de deux touristes sur cinq visitant la Tunisie sont des Maghrébins.

Les Algériens se positionnent derrière les Libyens qui se déplacent en force vers ce pays. Plus de 1,5 million de visiteurs libyens choisissent chaque année de se complaire dans le farniente dans les plages tunisiennes. A l’instar des Algériens, ils viennent généralement à des fins de soins et de tourisme. Cependant, ils jettent leur dévolu sur les villes de Djerba, Sfax et Tunis. Les Libyens ont la caractéristique de venir en famille, par voiture, en passant par le poste frontière de Ras Jedir, de louer des appartements et des villas, leurs principales dépenses étant consacrées à l’hébergement, la restauration et les frais de santé. Les Tunisiens ont su trouver les formules qui séduisent ces milliers de touristes qui déferlent durant toute la saison estivale en attendant le réveil du dragon algérien.

Y.I.
Avec Le Financier