En France, le trafic de cigarettes en provenance de l’Algérie prend des dimensions affolantes. Les contrebandiers algériens recourent à toutes les astuces possibles et inimaginables pour introduire en France des quantités considérables de cartouches de cigarettes fabriquées et commercialisées en Algérie. 

Et les douaniers français ne cessent de procéder à des saisies records. Preuve en est, à l’aéroport Lyon St-Exupéry, un voyageur algérien a tenté de faire passer illégalement pas moins de  1540 paquets ! Cela fait 31 000 cigarettes d’une marque nationale non-distribuée en France.  Selon le site lyoncapitale.fr,  le propriétaire des valises contenant ces cigarettes, en provenance d’Oran, « a préféré abandonner ses bagages et n’a pas été appréhendé ».  La même source explique que cette saisie impressionnante constitue « un nouveau record ».

Il est à signaler que les cigarettes en provenance de notre pays, souvent dissimulées dans les bagages des passagers, les cartouches de Marlboro et d’autres marques sont revendues en France à des prix imbattables notamment dans les rues de Marseille ou de Paris.  D’ailleurs, ces dernières années,  les importations illicites de cigarettes algériennes ont explosé. « En Algérie, une cartouche de dix paquets de Marlboro coûte 13 ou 14 euros si l’acheteur la paie en dinars, 20 à 30% moins cher s’il débourse des euros. Dans les rues de Marseille, les demi-grossistes la cèdent pour 30 à 35 euros aux revendeurs qui, eux, la monnaient 50 euros aux fumeurs », rappelle à ce sujet le magazine français l‘Expansion dans une enquête publiée dans ses colonnes en  juin 2015. Une enquête dans laquelle nous apprenons que  le commerce informel des cigarettes, algériennes dans la plupart des cas, engendrerait en France un chiffre d’affaires annuel de 159 millions en Seine-Saint-Denis. Pour la seule ville de Marseille, il rapporterait 42 millions d’euros. Ces chiffres ont été donnés par le fabricant mondial de cigarettes Philip Morris.