pipeline-0 Le PDG de la Sonatrach a déclaré que le méga projet de gazoduc «Trans-saharian gas pipeline » (TSGP), devant acheminer du gaz naturel de l’Afrique vers l’Europe, avait franchi une importante étape dans sa concrétisation avec la signature, début juillet à Abuja, de l’accord intergouvernemental portant sur sa définition. «L’accord signé entre l’Algérie, le Nigeria et le Niger devrait donner enfin le feu vert aux compagnies nationales pétrolières respectives pour lancer la phase de définition de ce projet structurant qui va participer à l’approvisionnement de l’Europe en gaz naturel», a-t-il affirmé.

L’accord a été signé par le ministre nigérian des Ressources Pétrolières, Rilwan Lukman, notre ministre de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil et Malam Mohammed Abdoulahi, le ministre du Niger de Mines et d’Énergie. D’un montant de plus de 10 milliards de dollars, le TSGP, long de quelque 4.200 km, devrait acheminer 20 à 30 milliards de m3 de gaz naturel du Nigeria vers l’Europe via l’Algérie et le Niger à partir de 2015. A la cérémonie de la signature de l’accord, le Dr Lukman a indiqué que «la signature de l’accord est un pas significatif dans l’actualisation d’un élément clé de notre protocole collectif sur la coopération régionale et le développement». Il a décrit l’événement comme «une borne jamais atteinte dans l’effort de collaboration pour commercialiser les énormes ressources de gaz naturel du pays».

Le ministre nigérian a ajouté que «le projet, conçu il y a environ 30 ans, avait été retardé à cause de l’absence d’études de faisabilité exhaustives pour établir sa viabilité techno-économique». D’autres facteurs, a-t-il dit, étaient aussi relatifs à l’absence d’un marché du gaz dans les pays de transit et ont limité des occasions du marché pour le TSGP en Europe. Lukman, cependant, a dit que les relations bilatérales sont améliorées entre Abuja et Alger depuis la conception du projet, les impératifs socio-économiques de NEPAD et de l’AU avaient aussi donné une impulsion pour la réanimation du projet. Il a noté que le projet faciliterait le développement des économies des trois pays et fournirait une autre plate-forme pour une énergie durable et fiable en Europe, en garantissant ainsi la sécurité de réserves.

Mise à part l’intégration régionale des économies des pays de transit, le TSGP améliorera le niveau de vie des gens de la sous-région et fournira des possibilités d’emploi pendant la construction de pipeline et l’environnement plus propre du combustible échangeant avec la réduction conséquente des émissions de gaz à effet de serre. Quant au Dr Chakib Khelil, il soutient qu’il n’y aura aucun problème pour financer le projet et il n’y aura aussi aucun problème de trouver un marché florissant.
«Le marché est sûr, mais il y a un besoin à sécuriser le marché», a-t-il noté. En promettant le soutien de l’Algérie au TSGP, il a conseillé aux pays signataires de cet accord de poursuivre le projet avec vigueur, la technologie et le financement nécessaires.

Dans ses commentaires, Abdoulahi a dit que la république de Niger a soutenu entièrement le projet et travaillerait dur pour voir son actualisation. Il a dit que son pays s’est consacré au développement des économies des Etats de transit et a assuré les partenaires de la sécurité et la sécurité du réseau du pipeline.

A.N.
Avec Le Financier

Article précédentAprès un retard de deux jours : Les voyageurs vers Alicante ont quitté Oran
Article suivantPlus de 40° prévu pour les deux prochains jours: Journées caniculaires dans le nord du pays