La définition de l'optimisme pour Issad Rebrab : avoir confiance en soi. Fikra 2014, 9 février 2014. Crédit photo : Ammar Redouane Bougherbal

Abdeslam Bouchouareb, le ministre de l’Industrie et des Mines, porte des accusations gravissimes à l’encontre de l’homme d’affaires Isaad Rebrab. Le ministre a indiqué, ce lundi, que le patron de Cevital est impliqué dans des affaires de transferts illicites de devises. 

« Isaad Rebrab a trompé le gouvernement lors de l’acquisition de Brandt. Nous avons tout un dossier avec des preuves à l’appui », révèle le ministre de l’Industrie lors d’une conférence organisée à la Résidence d’Etat de Djenan El Mitak. L’homme le plus riche d’Algérie est accusé d’avoir transféré illégalement des devises à l’étranger pour acheter l’usine française de Brandt.

Il est également accusé d’avoir introduit en Algérie du matériel usé pour son usine à Bordj Bou  Arréridj. « Un matériel usé déclaré à 5,7 millions d’euros alors que sa valeur réelle ne dépasse pas les 2,5 millions d’euros », accuse Bouchouareb qui laisse directement entendre que Rebrab a entrepris des manœuvres pour transférer illégalement des devises dans cette opération d’importation de matériel usé. « Il n’a pas le droit de transférer pour son compte des devises à partir de l’Algérie. Cet homme d’affaires a voulu offrir du matériel neuf aux français et se débarrasser du matériel usé dans mon pays, l’Algérie », détaille encore le ministre de l’Industrie.

Ces accusations gravissimes peuvent valoir de la prison au patron de Cevital comme le stipule la loi 96-22 qui punit de 2 ans à 7 ans de prison ferme ces infractions à la réglementation des changes. Ce dernier ne s’est pas encore exprimé à propos de ces affirmations de Bouchouareb qui risquent de porter un énorme préjudice à son empire en Algérie.

Article précédent« Les vrais ennemis de l’Algérie sont… les Algériens » Par Abdou Semmar
Article suivant10 ans après la charte de Bouteflika/ La paix et la réconciliation se font toujours désirer