Le ministère des Travaux publics et des Transports a saisir récemment les services du ministère de l’Intérieur afin de soumettre l’intégralité du parc national des véhicules servant au transport scolaire à une vaste opération de contrôle technique. Se basant sur des rapports d’experts, le département d’Abdelghani Zalene a mis en relief la gestion catastrophique de ce parc public par les collectivités locales.

Le ministère des Travaux publics et des Transportes a indiqué que 80% des véhicules utilisés dans le transport des écoliers et ceux appartenant aux services d’œuvres sociales au niveau des collectivités locales n’ont pas été soumis au contrôle technique depuis plus de cinq ans.

Le département des Transports a également appelé son homologue de l’Intérieur à activer les mécanismes compétents pour résoudre le problème. Selon lui, les véhicules composant ce parc ne sont plus compatibles avec les normes internationales. Une situation imputable à certain « je-m’en-foutisme » des élus locaux indique le même envoi, ajoutant que les maires profitent d’une certaine impunité offerte par la gendarmerie et la police qui ne soumettent presque jamais ces véhicules à un contrôle de papiers.

Selon le même rapport, le phénomène concerne également les véhicules de transport des élèves des écoles et des crèches privées. Les véhicules appartenant à ses établissements privés échappent eux aussi au contrôle technique depuis des années. Se basant sur les chiffres fournis par lesdits rapports d’experts, plus de 25% de la totalité de ces véhicules doivent être mis hors service.

Le ministère des Transports appelle donc à une large campagne de contrôle visant à assainir le parc national des véhicules comportant un danger pour les élèves d’autant plus que la plupart d’entre eux, soit 75% de ces véhicules, sont utilisés dans des régions souvent accidentées.

M.M.