L’Algérie n’est pas restée silencieuse face aux meurtre de l’opposant tunisien Chokri Belaïd. Mercredi soir, dans un communiqué rendu public, le ministère des Affaires étrangères a  « fermement condamné »  l’ »assassinat odieux » du militant Chokri Belaïd, coordinateur général du Parti des patriotes démocrates tunisien unifié, lit-on dans le communiqué.  L’Algérie a, par ailleurs, réitéré sa position « contre l’utilisation de la violence, sous toutes ses formes, comme moyen d’expression politique ».

L’Algérie a une nouvelle fois exprimé sa « profonde solidarité avec le peuple tunisien frère », se disant « convaincue de la capacité des frères tunisiens à surmonter cette dure épreuve et à aller de l’avant dans le parachèvement du processus démocratique ». Il est à noter également que le Front des forces socialistes (FFS) a condamné lui aussi mercredi dans un communiqué l’utilisation de la violence à des fins politiques, suite à l’assassinat en Tunisie du secrétaire général du Parti des patriotes démocrates tunisien, Chokri Belaid. Le FFS a présenté, dans son communiqué signé par son premier secrétaire, Ali Laskri, ses « sincères condoléances » à la famille du défunt et aux militants tunisiens.