Un militaire de 23 ans prévoyait de commettre un attentat contre une mosquée en France, à la fin de Ramadhan. Le lieu de culte visé se situe à Vénissieux, une ville de la banlieue lyonnaise. Fort heureusement ce sombre projet n’a pas été mené à son terme, néanmoins il ne fait que noircir le tableau de l’islamophobie en France.

«La communauté musulmane est aujourd’hui en danger», telle a été la réaction de Kamel Kabtane, le recteur de la grande mosquée de Lyon. Interviewé par le quotidien Libération à la suite de cette affaire, il a fait part de son inquiétude face au «climat d’islamophobie» qui « règne en France aujourd’hui ». Et le sentiment anti-musulman semble bien s’être durci. Après les mosquées et les cimetières vandalisés, les femmes voilées agressées dans la rue, voilà que maintenant des projets d’attentats sont fomentés contre des lieux de culte.

Un militaire de 23 ans « proche des idées de l’extrême-droite » projetait de tirer sur la mosquée de Vénissieux à la fin du mois de Ramadhan, le 8 août. C’est ce qu’il a avoué aux  enquêteurs. Le jeune homme, sergent dans l’armée de l’air, a été arrêté le 7 août sur sa base aérienne à proximité de la ville de Lyon. Ses proches avaient donné l’alerte, craignant une dérive extrémiste après avoir trouvé des documents  compromettants. Au bout de quatre jours en garde à vue, il a été mis en examen au motif de «détention de munitions de quatrième catégorie en relation avec une entreprise terroriste» et «dégradation de lieu de culte en relation avec une entreprise terroriste». Il est actuellement placé en détention provisoire, selon l’AFP.

Plus étonnant encore, le jeune militaire n’en serait pas à sa première attaque contre un lieu de culte musulman. Lors de sa garde-à-vue, il a avoué avoir lancé un cocktail Molotov sur la porte d’une mosquée en Gironde, dans la nuit du 20 au 21 août. L’incendie provoqué avait été rapidement maîtrisé par les pompiers. Un rassemblement est prévu ce lundi à 17 H 30 devant la mosquée de Vénissieux pour manifester la solidarité et l’inquiétude des musulmans.

Article précédentTourisme : en 2025, l’Algérie concurrencera le Maroc, la Tunisie ou la Turquie
Article suivantL’ancien commandant des forces navales algériennes appelle au retour de Zeroual « pour une période de transition »