huile de table

Algérie: Ces derniers jours, la crise du huile de table est devenue la première des préoccupations des Algériens, après qu’elle soit devenue un matériau difficile à obtenir pour le citoyen algérien.

À cet égard, le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce, Mohamed Wahadiya, a nié l’existence d’une pénurie d’huile de table, soulignant que la base de la crise est la forte demande pour cette substance.

Wahadieh a révélé, dans une déclaration à la chaîne Al-Shorouk, que nos besoins nationaux en huile de table sont estimés à 1 600 tonnes par jour, notant que la production a doublé pour atteindre 3 200 tonnes par jour.

Le représentant du ministère du Commerce a indiqué que le stock actuel de huile de table brut est estimé à 38 000 tonnes, de quoi approvisionner le marché pendant 24 jours sans interruption.

Le même responsable a souligné que 82 infractions liées à la spéculation sur la vente de huile de table ont été émises, 72 rapports judiciaires ont été émis et des ordonnances ont été émises pour empêcher l’approvisionnement de 4 marchands et la fermeture de 3 magasins.

Le porte-parole a également confirmé la saisie d’environ 26 tonnes de huile de table, d’une valeur de 2,2 millions de dinars, et une facture d’environ 8 milliards de centimes.

Dans le même contexte, a-t-il souligné à Wahidiya, que toute augmentation des prix des matériaux subventionnés expose le commerçant à un suivi.

Pour sa part, le Premier ministre Ayman bin Abd al-Rahman a déclaré que les besoins nationaux en huile de table s’élèvent à 1600 tonnes par jour, tandis que le taux de production atteint deux mille tonnes par jour, soulignant qu’il existe un excédent de huile de table de plus de 400 tonnes.

Le même responsable a souligné qu’il y a un problème de distribution et seulement derrière la crise pétrolière, notant que les choses reviendront à la normale dans les prochains jours.