Le phénomène s’est amplifié en 2008

Le chiffre fait peur : pas moins de 53 suicides et une vingtaine de tentatives de suicide ont été enregistrés durant l’année 2008 dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le phénomène, qui n’est pas nouveau, a cependant pris une ampleur jamais égalée depuis des années.

À titre illustratif, il a été enregistré une quarantaine de cas de suicide l’année précédente. Durant l’année écoulée, le fléau a touché plus la gent masculine, puisque 41 hommes ont attenté à leur vie.

Sept femmes ont recouru à cette solution extrême et autant d’autres ont été sauvées in extremis. Même les enfants n’ont pas été épargnés par ce phénomène ; deux enfants se sont suicidés l’année dernière, dont le 1er semestre a été le plus meurtrier. 27 cas de suicide et une dizaine de tentatives de suicide avaient été enregistrées.

Durant le mois d’août, les services de la Protection civile ont répertorié huit cas de suicide. Les psychiatres et autres experts de la santé mentale n’ont cessé de se pencher sur ce phénomène qui pose un problème de santé publique. Le suicide touche toutes les catégories sociales, ce qui voudrait dire que les difficultés socioéconomiques ne sont pas les seules raisons qui poussent à cet acte extrême de désespérance. Selon des études de spécialistes, il n’y a pas que les antécédents psychiatriques qui sont à l’origine de cette hécatombe sociale. Le chômage qui frappe de plein fouet de larges couches sociales ainsi que les conflits de ménage sont parmi les causes qui ont présidé au passage à l’acte chez les sujets vulnérables. Les déceptions amoureuses y sont également pour quelque chose. Nombre de “Casanova” ont mis fin à leurs jours après avoir vu leur cœur brisé par quelque dulcinée devenue subitement virtuelle.

Il reste que sur le plan de la prise en charge, les choses ne vont pas comme sur des roulettes. L’EHS Fernane-Hanafi de Oued Aïssi, dans la wilaya d Tizi Ouzou, déploie des efforts immenses dans ce sens, mais toujours est-il que le fléau ne manque pas de happer des vies humaines.

Car la prise en charge psychologique des personnes en détresse doit intervenir aussi bien en aval qu’en amont. Pour le moment, la wilaya de Tizi Ouzou vient en tête des régions touchées par le fléau. Le chiffre de 53 cas de suicide sonne comme une alerte rouge pour les pouvoirs publics mis en demeure de trouver des solutions appropriées. Le bilan macabre en question est rendu public par la Protection civile de Tizi Ouzou qui fait une récap de ses interventions enregistrées au courant de l’année 2008.

Outre les cas de suicide enregistrés, les sapeurs-pompiers ont fait
4 interventions pour asphyxie par gaz carbonique et butane. Durant ces interventions, 4 personnes sont décédées, alors que 5 autres ont pu être sauvées. Selon le document de la direction de la Protection civile, 18 cas de brûlures ont provoqué trois décès, dont une femme. Concernant les accidents de la circulation, le bilan fait état de 755 interventions ayant causé 41 décès et 829 blessés. Les dégâts matériels se déclinent par 887 véhicules légers, 82 camions, 15 bus, 15 mobylettes, 13 tracteurs agricoles et 2 engins divers. Le bilan comporte également des chiffres se rapportant aux interventions rentrant dans le cadre de la lutte contre les feux de forêt et la campagne de surveillance des plages durant la saison estivale écoulée, avec respectivement 259 interventions et 1 253 opérations. Au total, ce ne sont pas moins de 13 798 interventions qui ont été enregistrées durant l’année 2008, soit une augmentation de 10% par rapport à l’année 2007.

Ces interventions concernent, entre autres, les évacuations sanitaires, les extinctions de feux, les intoxications et les opérations diverses.

Yahia Arkat Liberté Algérie
02/02/2009

Article précédentAbdelhamid Mehri: « Les élections en Algérie servent à empêcher tout changement »
Article suivantBouteflika complètement à l’Ouest