Un responsable au ministère du commerce a confirmé l’existence d’un texte de loi organisant l’activité commerciale et les permanences durant les jours saint et fériés.
le marché d'Alger
Dans une déclaration faite à l’APS, Farouk Tifour ,chargé de la communication au ministère du Commerce a affirmé que « Ce texte de loi vise à garantir un approvisionnement normal des citoyens en produits de base ». Une organisation particulière s’articulera à travers  permanences pour les boulangeries, les commerçants des produits alimentaires et les vendeurs de légumes et fruits durant les fêtes religieuses et nationales. Chaque année, les clients manquent de produits alimentaires de bases en raison de la fermeture systématique des commerces.

Cette mesure vise également à pallier le phénomène de la fermeture des commerces dans plusieurs wilayas du pays notamment Alger pendant les fêtes de l’Aid El Fitr et El Adha, les autres jours fériés et les week-ends.

Une mesure pour répondre aux pénuries alimentaires

La capitale est victime depuis les derniers jours du mois de Ramadhan d’une pénurie importante de produits de large consommation tels que le pain, le lait, les fruits, les légumes ainsi que l’eau minérale.

Quelques jours après l’Aïd El Fitr, la plupart des boulangeries et magasins d’alimentation générale demeurent fermés. Les commerçants justifient la fermeture durant les fêtes religieuses et nationales en soulignant qu’ils sont « des citoyens normaux qui ont le droit de passer les jours de fêtes avec leurs familles ».

Ce texte de loi réglementaire porte sur les modalités d’organisation des permanences de manière à garantir l’ouverture d’un nombre suffisant de magasins dans chaque agglomération, a ajouté M. Tifour. Il entend également « définir les responsabilités des commerçants en partenariat avec les communes et les directions de commerce des wilayas » durant ces périodes marquées par une forte demande sur les denrées alimentaires de base.

Djemaa Bellal, conseiller à l’UGCAA a rappelé que l’Union avait mené une campagne de sensibilisation auprès des boulangers et des marchands de fruits et légumes afin qu’ils poursuivent leur activité durant les jours de l’Aïd. Près de 70% des commerces sont restés fermés durant les derniers jours de jeunes et la fête sacrée.

Par ailleurs, il a souligné à cette occasion la nécessité de promulguer une loi exigeant d’assurer la permanence durant les fêtes notamment à Alger. « Un texte de loi doit être promulgué spécialement pour la capitale devant inciter les commerçants, les boulangers, les transporteurs et les restaurateurs à poursuivre leurs activités normalement durant les fêtes et pendant la nuit », a-t-il soutenu.

Myriama Mokdahi

Article précédentLe Norvégien Anders Behring Breivik condamné à 21 ans de prison
Article suivantLe frère du leader d’Al Qaeda en Syrie pour organiser des groupes djihadistes