Il y a de l’amour dans l’air algérien, et cela semble plaire à nos internautes. Une vidéo d’une demande en mariage se déroulant dans le centre commercial ARDIS à Alger fait craquer et parler les Algériens. Une première sans doute en Algérie.

Qui a dit que le romantisme et l’amour n’avaient pas leur place en Algérie ? Cette vidéo qui fait le buzz prouve le contraire. Halima, une jeune algérienne a eu la surprise de sa vie avec une demande en mariage impressionnante. Son fiancé lui a organisé une demande en mariage digne d’une comédie romantique américaine. Dans le centre commercial ARDIS son ami, prénommé José a fait venir danseurs et musique pour demander la main de sa dulcinée. Après un show de plusieurs minutes sur la célèbre musique Gangnam Style, l’homme n’a pas hésité à sortir les grands moyens, photo géante du couple et demande émouvante, pour tirer un oui et quelques larmes de sa future femme. Un événement que l’on voit très peu en Algérie…

En tout cas elle a fait réagir les internautes algériens sur les réseaux sociaux. La vidéo  qui a déjà été vue par 146 279 personnes suscite aussi bien l’admiration que les moqueries. Certains la qualifient de ridicule, jugeant ce comportement d’indécent, pas en adéquation avec les mœurs algériennes.  « Nos traditions sont de vraies valeurs ; on y déroge chaque jour un peu plus, dans ce cirque il ne manquait que les animaux pour compléter le tableau ! », peut-on lire dans les commentaires postées à propos de cette vidéo. Alors que d’autres estiment que « c’est une très jolie demande ». « Franchement il n’y a rien à critiquer ce n’est pas haram tout ça », clament certains commentateurs. Qu’on aime ou que l’on déteste, la demande de l’année a fait réagir la toile algérienne. Elle a mis aussi en évidence les mutations de la société algérienne. Cette gêne autour de l’amour ne cesse de se dissiper, du moins à Alger… Pas sûr qu’ailleurs dans le pays, cette demande aurait pu espérer autant de succès !

 

Article précédent« J’étais, et je suis encore une militante acharnée contre l’utilisation de la religion à des fins politiques »
Article suivantAADL : les logements de la discorde