Selon l’AFP, Reuters et le site internet « SITE », Daech a revendiqué l’attentat du musée Bardo de Tunis dans un message audio diffusé sur des sites djihadiste. L’enregistrement explique que c’est le musée Bardo qui était la cible de cette attaque et non le Parlement.

Le groupe djihadiste déclare que « deux chevaliers de l’Etat du Califat lourdement armés de mitrailleuses et de grenades », baptisés « Abou Zakaria Al-Tounsi » et « Abou Ans Al-Tounsi», ont dirigé l’assaut. Rebaptisés ainsi, les noms de guerre donnés par le groupe terroriste confirment implicitement la nationalité tunisienne des meurtriers.

Le communiqué de l’EI indique que l’opération avait pour but de semer « la terreur dans le cœur des infidèles », se félicitant de l’action des « frères », parvenus à   à « prendre en otage un groupe de ressortissants des Etats croisés ».

D’autres actions sur le sol de la « Tunisie musulmane » sont en préparation selon l’EI qui affirme, pour la première fois sa présence sur le sol de la Tunisie voisine.

Neuf suspects interpellés

Au lendemain de l’attaque meurtrière qui a visé le musée du Bardo de Tunis, la présidence annonce dans un communiqué datant du 19 mars, l’interpellation de neuf personnes suspectées d’avoir été en relation avec les commanditaires de l‘attaque ayant fait 21 morts. L’identité des suspects et le degré de leur implication dans cette attaque n’ont pas été dévoilés pour l’heure.

 

Article précédent19 mars: Du Folklore encore et toujours
Article suivantGrandes manoeuvres: La guerre de succession au chef de l’Etat relancée