ministre de la Culture

Algérie Culture: L’héritage de l’Algérie et du Maghreb a longtemps suscité des polémiques sur qui y a le plus droit, d’autant plus que les pays du Maghreb partagent la même histoire.

Le patrimoine matériel et immatériel algérien a été volé par les pays voisins, qu’il a tenté à plusieurs reprises de s’attribuer comme un Algérien grossier.

Des militants ont appelé les autorités gardiennes à protéger notre patrimoine algérien, qui est désormais attribué à d’autres pays.

Peut-être le dernier vol que l’Algérie a subi, est l’affichage du Royaume du Maroc, une photo de l’une des femmes algériennes « Awlad Nile », dans son pavillon à l’Expo de Dubaï, dans un geste que les militants ont considéré comme une tentative de voler l’ancien Héritage du Nil d’Algérie.

A cet égard, la ministre de la Culture Wafaa Chaalal a rompu son silence pour expliquer ce que l’Algérie a fait pour préserver son patrimoine culturel et historique, et la polémique qui existe entre elle et le Royaume du Maroc à cet égard.

Wafaa Chaalal a déclaré, dans une interview au quotidien Al-Hiwar, que l’Algérie, qui possède un très grand patrimoine matériel ou matériel, fait partie des pays actifs dans l’enregistrement de son patrimoine.

Le ministre de la Culture a expliqué qu’entre 2008 et 2021, l’Algérie a inscrit 08 éléments du patrimoine matériel et immatériel dans une liste représentative de l’UNESCO.

Ceci est lié à la musique de « Ahlil », « Al-Faqara », « Quarara » et « Imzad », en plus de la robe de Tlemcen.

Shealal a souligné qu’il y a eu une récente campagne médiatique marocaine visant à classer le Royaume de Tabiruida sur la Liste représentative du patrimoine immatériel de l’UNESCO.

« Tabruida » est une sorte de fantasme équestre, pour lequel l’Algérie avait auparavant classé deux éléments similaires auprès de l’UNESCO en 2013 et 2015, selon la même source.

Le ministre de la Culture a rassuré les Algériens à cet égard, soulignant que l’Algérie a été la première à classer « fantasme », et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter de la tentative de s’emparer de ce type de fantasme et de son incorporation dans le patrimoine marocain.

En revanche, le même responsable a confirmé que les dossiers « Al-Rai » et « Al-Madhat » sont en cours de catégorisation, ainsi que d’ autres dossiers que Shaalal a refusé de mentionner pour préserver la confidentialité de l’opération, avec l’UNESCO comme un héritage algérien.