La campagne électorale Algérienne fait parler d’elle aussi à l’étranger notamment en France où la communauté algérienne est très importante démographiquement et politiquement. Et même en France, on retrouve les mêmes dérives politiques qui discréditent la tenue de cette élection présidentielle algérienne.  

Preuve en est, pour l’organisation du meeting de Amar Ghoul et Amara Benyounès à Paris, lundi 6 avril, 50 euros ont été gracieusement offerts à de jeunes algériens établis à Paris ou à des français d’origine algériennes en quête d’argent de poche. Un de ces « heureux » bénéficiaires de cet argent de poche a témoigné dans une vidéo diffusée sur YouTube. Il a expliqué clairement comment il a pu toucher cette somme en contrepartie de sa présence dans la salle où Amar Ghoul et Amara Benyounès, deux ministres de l’actuel gouvernement algérien, ont glorifié le bilan d’Abdelaziz Bouteflika et défendu sa candidature à un 4e mandat successif.

« De nombreux jeunes sont venus au meeting pour prendre les 50 euros. C’est pourquoi vous avez eu l’impression que nous étions nombreux », a confié ce jeune d’origine algérienne dans cette vidéo où il montre le badge à l’effigie de Bouteflika qui lui a été remis une fois les 50 euros distribués.  « Je suis arrivé à l’accueil où de nombreux jeunes faisaient la queue. I y avait des agents de sécurité qui surveillaient le mouvement et un comptoir où j’ai donné mon nom. Par la suite, on m’a remis le badge et les 50 euros », détaille ce témoin d’après lequel « les nombreux jeunes » qui ont participé à ce meeting « sont venus pour toucher de l’argent ».

 Combien de jeunes ont été encore « corrompus » pour remplir cette salle de meeting à Paris ? Combien d’euros ont été versés à des jeunes désœuvrés ou chômeurs français ? Pour l’heure, nous n’avons aucune réponse précise, mais le témoignage accablant de ce jeune devrait inciter nos juges à enquêter sur cette pratique de corruption qui déshonore l’image de notre pays à l’étranger. Pis encore, elle démontre que des capitaux algériens sont détournés pour la promotion du 4e mandat en France.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les jeunes chômeurs et nécessiteux de Paris attendent avec impatience le prochain meeting en faveur du 4e mandat pour négocier un autre cachet. L’argent de l’Algérie fait rêver les étrangers…

Article précédentLes enfants « exploités » pour les besoins de la campagne présidentielle
Article suivantLogements AADL : les ordres de versement dés la première semaine du mois de mai