Le jeune photographe américain Andrew G. Farrand, qui se fait appeler Ibn Battuta sur les réseaux, vit à Alger depuis plusieurs années. Il a développé un attachement particulier avec cette ville. Il en parle avec amour et enthousiasme. Et en langage algérois, s’il vous plait.

De l’histoire à la cuisine, en passant par les arts, le sport et les musées, rien n’échappe à l’intérêt d’Andrew. Les propos bienveillants de ce photographe originaire de Washington sont un véritable anti-dépresseur en ces temps d’incertitude.

L.R. 

 

Article précédentImportation des véhicules de moins de 3 ans/ Le gouvernement dit niet
Article suivantBac 2017/ Des auteurs de fuites condamnés à Laghouat