blank

Ça se passe à Chéraga, dans la capitale de l’Algérie. Des milliers de mètres cubes d’eau potable partent dans les égouts depuis…plus d’un an ! Personne ne bouge ni la SEAAL, ni la l’APC, ni une quelconque autre autorité.

L.R.

 

Article précédentContribution/ Plaidoyer pour la mondialisation de la lutte antiterroriste
Article suivantVilles les plus agréables au monde/ Alger en queue de peloton