Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, vient d’ordonner aux membres de son gouvernement de créer des comptes sur les réseaux sociaux pour répondre aux préoccupations des Algériens. Prenant conscience tardivement de l’influence grandissante de ces canaux de communication, l’exécutif compte passer à l’offensive en investissant ces espaces d’échange.

Abdelmalek Sella a instruit les membres de son gouvernement à créer des comptes sur les réseaux sociaux, a indiqué, hier, la chaîne de télévision Ennahar TV citant le ministre de la Communication, Hamid Grine. «Le Premier ministre nous a instruits en plein conseil du gouvernement d’ouvrir des comptes Facebook et Twitter», a affirmé M. Grine, ajoutant que le chef de l’exécutif a insisté sur le fait de «communiquer et ne jamais laisser des questions sans réponses».

Il est vrai qu’un certain nombre de ministres disposent déjà de comptes certifiés sur Facebook et/ou Twitter, comme c’est le cas du Premier ministre, le ministre de la Communication, la ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Affaires religieuses ou encore le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes. Mais l’objectif du chef de l’exécutif semble aller au-delà et d’investir ces espaces vitaux que sont en train de devenir les réseaux sociaux, notamment en cette période préélectorale.

Massi M.

Article précédentLégislatives/ Le gouvernement ne veut pas de politique à l’université
Article suivantSuccession d’Abdelaziz Bouteflika, crise financière et contestations populaires/ L’avenir de l’Algérie tel que l’imagine un influent institut américain