Emprisonné depuis près de deux ans, le militant Kamel-Eddine Kekhar va quitter la prison probablement le 09 juin prochain. Il a été condamné, une nouvelle fois, par le Tribunal de Médéa à 24 mois de prison ferme. Il a déjà passé 23 mois  en détention. Ses avocats ne feront pas appel.

Le militant des droits de l’Homme est poursuivi pour «atteinte à la sûreté de l’Etat» et «incitation à la haine raciale». Il a comparu, en compagnie de 33 autres détenus, devant le Tribunal de Médéa. Son procès a commencé jeudi, et s’est terminé dimanche dans la soirée. Le Dr Fekhar fait partie du groupe des détenus qui ont écopé d’une peine de 5 ans de prison, dont 24 ferme, assortie d’une amende de 100 000 DA.

Dans une autre affaire, jugée mercredi dernier, Kamel-Edine Fekhar a été condamné à 5 ans de prison dont 18 mois fermes. Mais selon la loi algérienne, il n’y a pas de cumul de peine. C’est la peine la plus grande qui s’applique.

Même s’ils considèrent que la peine est injuste, les avocats de Kamel-Eddine Fekhar ont décidé de ne pas interjeter d’appel. L’essentiel est que les détenus soient libérés. C’est d’ailleurs dans la matinée de lundi qu’un premier groupe a quitté la prison de Ghardaïa. Une manifestation de joie a accompagné l’évènement. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent en effet la joie des personnes libérées et leurs familles au moment de quitter le pénitencier (voir vidéo).

Rania Aghiles

Article précédentArrestation du journaliste Djamel Alilat au Maroc/ Le MAE active une procédure de protection consulaire
Article suivantCybercriminalité/ Un officier algérien à la tête d’un groupe d’experts d’Interpol