Un jeune étudiant en deuxième année universitaire à la faculté d’Alger a été exclu parce que les responsables de l’administration ont perdu son dossier. Face à l’injustice de l’administration qui ne reconnaît pas son droit de poursuivre ses études, ce jeune n’a pas trouvé un meilleur moyen que de dénoncer l’arbitraire dans une vidéo via Facebook. 

Dans une vidéo publiée sur Facebook, un jeune étudiant algérien répondant au pseudonyme de Sido Elbaz dénonce l’anarchie qui règne dans l’administration de certaines facultés d’Alger. Sans citer le nom de l’université en question, l’étudiant dont le dossier n’existe plus au niveau des archives de la faculté, s’interroge comment il a pu étudier une année entière et passer en seconde année sans qu’il n’y ait aucune preuve de son inscription.

« Je n’ai pas de solution mon frère. Je ne peux rien vous faire. Sans dossier qui prouve que vous vous êtes inscrit chez nous, l’université ne reconnaît pas votre présence», déclare sévèrement l’employée de l’administration de la faculté dont le nom n’a pas été indiqué. Même le certificat de scolarité portant le cachet de l’université ne semble pas valable aux yeux de l’employée qui  persiste à nier la responsabilité de l’administration dans la perte du dossier d’inscription.  Manifestement en colère contre l’anarchie et l’injustice qui règne, le jeune étudiant, indigné, promet de ne pas se laisser marcher sur les pieds.  «Je ne comprends pas comment une université peut perdre le dossier d’un étudiant qui a déjà suivi ses cours pendant une année entière et passé en deuxième année.  À quoi servent les archives sinon ?», se plaint-il.

Nourhane. S