De représentant spécial de l’ONU dans différents dossiers internationaux brûlants, le diplomate Lakhdar Brahimi est devenu le rapporteur spécial du pouvoir algérien sur la santé d’Andelaziz Bouteflika. Dans une nouvelle montée au créneau, il tente de convaincre de la santé retrouvée du président.

Ainsi, M. Brahimi assure que l’état de santé du chef de l’Etat est en amélioration lente mais certaine. Pourtant, les images de la rencontre, diffusées par la télévision gouvernementale, montre un homme hagard, presque pétrifié, arrivant avec difficulté à bouger sa main droite, alors que la gauche semble incapable d’esquisser le moindre mouvement. On notera également sa grande difficulté à parler, bougeant difficilement ses lèvres.

L.R.

Article précédentContribution/ L’opposition algérienne enkystée dans les atermoiements ou l’entrisme
Article suivantCommerce/ Ouyahia compte annuler une partie des licences d’importation et instaurer une taxe sur les produits de luxe