Publicité
Accueil Algérie Société Vidéo. Témoignage/ Marie-Simone, la Camerounaise violée à Oran, raconte son calvaire

Vidéo. Témoignage/ Marie-Simone, la Camerounaise violée à Oran, raconte son calvaire

0
Publicité

Violée à Oran par une bande de délinquants, composée de sept personnes, la Camerounaise Marie-Simone D. vit actuellement la douleur de la discrimination dont elle a été victime de la part des services de sécurité et du personnel hospitalier du CHU d’Oran. Parce qu’elle se trouve en Algérie en situation irrégulière, parce qu’elle n’est pas musulmane, Marie-Simone et son époux font face à un déni de justice. 

Marie n’arrive pas à retenir ses larmes en se remémorant le drame qu’elle a vécu, jeudi, 1er octobre dernier vers 23 h, à l’entrée de la localité dite «Coca», à Oran. Les bleus sur le visage de cette réfugiée camerounaise prouvent la brutalité de l’agression sexuelle qu’elle a subi ce soir-là.

Publicité

Ce viol a provoqué une vague d’indignation parmi les réfugiés subsahariens surtout après le comportement dédaigneux des services de sécurité qui, au lieu d’écouter la victime, d’enregistrer sa plainte et d’ouvrir une enquête pour retrouver les coupables, ont préféré taire ce drame, sous prétexte que le couple camerounais se trouve en Algérie clandestinement.

A-t-on le droit de traiter cette femme ainsi juste parce qu’elle n’est pas Algériennes ? Le rôle des services de sécurité n’est-il pas de veiller sur la sécurité des populations et sur le respect de la loi ? Cette affaire devrait provoquer une vague d’indignation nationale. L’opinion publique ne devrait pas demeurer insensible à ce genre de cas car, après ce viol impuni, les migrants clandestins et même réguliers en Algérie, seront en danger car ils deviennent la cible facile des racistes, des extrémistes et des criminels.

Nourhane S.

Publicité