Les travailleurs de la Société des ciments de Beni Saf ont initié un mouvement de protestation contre la direction du complexe. En grève depuis trois jours, ils revendiquent leur titularisation.

Quelques 195 travailleurs de la cimenterie de Beni Saf ont initié, le 28 juin, un mouvement de grève pour dénoncer une politique méprisante de la part de la direction qui n’a pas tenu sa promesse d’intégration et de titulariser l’ensemble des travailleurs.

Soumis au régime des travailleurs contractuels, les employés de cette cimenterie, dont la majorité jouit d’une expérience dépassant les dix ans, soulignent le fait que cette cimenterie est paralysée depuis maintenant trois jours avec des pertes considérables. «La direction n’a pas bougé le petit doigt», affirme un protestataire, ajoutant que les responsables les dénigraient et les soumettaient à un régime injuste. « Cela fait plus de 16 ans que je travaille ici», s’indigne un autre travailleur qui affirme que la seule revendication de tous les travailleurs est la titularisation.

Massi M.