Il s’appelle Jon Snow, il est journaliste à la chaîne britannique Channel 4 News et depuis ces dernières 24 heures, il est considéré comme un « héros » dans le monde arabe. Et pour cause ! Il a réussi à « démolir » Mark Regev, porte-parole d’Israël, lors d’une interview mémorable qui suscite un buzz sans précédent sur les réseaux sociaux.

Il faut dire que Jon Snow n’a pas hésité à poser les questions les plus tranchantes à propos de l’attaque mené par l’armée israélienne sur Gaza. « En quoi le meurtre d’enfants palestiniens sur une plage contribue à la défense de la sécurité d’Israël ? », lance ainsi le journaliste britannique lors de l’émission du 16 juillet 2014. Gêné, perturbé, le porte-parole du gouvernement israélien peine à fournir des réponses cohérentes. Et lorsque ce même porte-parole essaie de responsabiliser à tout prix le Hamas dans ces violences inouïes dont est victime la population de Gaza, le journaliste anglais revient à la charge : « Quel était l’intérêt de bombarder un hôpital pour l’amour de Dieu ? »

https://www.youtube.com/watch?v=QcX_wh7_244

Face à cette question, Mark Regev tente de faire porter le chapeau au Hamas. Mais là encore, Jon Snow ne lâche pas prise : « Vous ciblez délibérément des quartiers où il y a des femmes et des enfants. Pourquoi visez des petits garçons qui jouent au football sur une vaste plage ? » Pendant plus de 8 minutes d’interview, le porte-parole du gouvernement israélien se retrouve malmené et piégé. Incapable de faire face au journaliste britannique, il se contente à peine de reformuler des accusations à l’encontre du Hamas. Postée sur YouTube, cette interview a été largement et massivement partagée par les internautes arabes. Pour beaucoup d’entre-eux, Jon Snow a donné une véritable « leçon de journalisme » à ses autres confrères qui ne rapportent pas avec objectivité les crimes commis par l’armée israélienne à Gaza.

Article précédentDes familles obligées de mettre en gage des bijoux pour boucler leurs fins de mois
Article suivantL’Aïd fait exploser les prix dans les marchés algériens