Le calvaire de la communauté algérienne vivant en France n’est pas prêt de cesser. Des milliers de nos compatriotes subissent, au quotidien, le cauchemar des queues devant les consulats pour se faire délivrer un passeport ou une carte d’identité. Cette situation leur complique de plus en plus la vie.

C’est le cas d’une jeune femme qui s’est retrouvée carrément en situation irrégulière en France, pour n’avoir pu prolonger son passeport, à cause des queues interminables et de la bureaucratie dans nos consulats. Et elle n’est  pas la seule dans cette situation, vu l’anarchie et les conditions chaotiques qui règnent dans nos consulats.

«Je me suis présenté à 4h30 du matin pour faire la queue, mais c’était déjà trop tard. Il y avait plus de 300 personnes devant moi. Les services du consulat disent qu’ils ne distribuent que 200 tickets par jours. Il faut se présenter à 23h pour en avoir un et passer toute la nuit dehors, sous des températures glaciales », déclare Sonia, une jeune maman qui s’est retrouvée avec un passeport dont la validité a expirée depuis le mois de janvier passé, à cause de cette situation. « Je me suis présenté dans le consulat d’Algérie à Vitry pour la quatrième fois avant que mon passeport n’expire, mais sans pouvoir régler le problème. Les services du consulat ne répondent même pas au téléphone. Ça fonctionne vraiment de manière très archaïque», se désole-t-elle. «Si par malheur, quelques chose arrive au bled, je ne pourrais même pas me déplacer. Je suis otage de cette malheureuse situation », regrette-t-elle.

Le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales avait reconnu, au mois de janvier passée, cette situation anarchique qui règne dans nos consulats, en trouvant comme explication que nos « compatriotes se rendent en masse pour l’obtention des passeports avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi relative au tarif du timbre fiscal.» Une explication qui ne tient pas la route car, l’anarchie règne encore, trois mois après l’entrée en vigueur de cette nouvelle tarification.

Cette situation « insupportable » met à vif le nerfs nos compatriotes vivant en France. « Ça ne peut pas continuer comme ça. C’est du mépris. Personne ne nous écoute. Il faudrait qu’on s’organise pour être entendu. Les autorités algériennes doivent mettre fin à ce calvaire, qui n’a que trop duré», tempête Sonia. « Pourquoi ne mettent-ils pas un système de prise de rendez-vous par Internet, comme c’est le cas à Lille ? Ça va éviter toute cette anarchie. Il y a 170 000 algériens enregistrés au consulat de Vitry. Les locaux de cette représentation sont très exigus et dans un état lamentable», affirme-elle, et d’ajouter: «cela, sans parler des passe-droits au quotidien ».

Par ailleurs, l’on apprend que nos compatriotes enregistrés dans ce consulats sont en trains de s’organiser pour initier des actions de protestations contre cette anarchie, et dénoncer cette situations chaotique.

Arezki Ibersiene

Article précédentSociété. Fumer dans les lieux relevant du secteur de la justice est officiellement interdit
Article suivantVidéo. Pour le prédicateur saoudien cheikh Al-Bandar Khaibari, la terre est immobile