C’est un témoignage poignant. L’un des anciens acteurs privés de l’industrie du textile raconte à Algérie-Focus comment notre pays aurait pu exporter vers l’étranger et tirer une importante croissance grâce aux unités de production réparties à travers le territoire national au cours des années 70 et 80. Malheureusement, faute de management moderne et de bonne gouvernance, le textile algérien est sombré dans la décadence. Décryptage :  

Article précédent« Next Level »/ Des stars du Hip Hop américain pour former 60 jeunes artistes algériens
Article suivantArmement/ L’Algérie cinquième plus gros acheteur au monde