Air Algérie : L’État Accorde une Aide de 10 Milliards de Dinars en 2024 – Une Bouffée d’Air Frais ou un Soutien Inconditionnel ?

    0
    Air Algérie : L'État Accorde une Aide de 10 Milliards de Dinars en 2024 - Une Bouffée d'Air Frais ou un Soutien Inconditionnel ?

    Le ciel s’éclaircit pour Air Algérie alors que le gouvernement algérien annonce une aide financière importante pour la compagnie aérienne nationale en 2024. Cependant, cette bouffée d’air frais est-elle un signe de reprise ou le reflet d’un soutien inconditionnel de l’État ?

    Un Soutien Continu de l’État

    Air Algérie, en tant qu’unique compagnie aérienne en Algérie, bénéficie depuis longtemps du soutien de l’État, malgré son statut d’entreprise commerciale. Les autorités algériennes considèrent la compagnie aérienne comme une société étatique et estiment qu’elle est éligible aux diverses formes d’aides de l’État. Cette vision découle du fait qu’Air Algérie est également considérée comme relevant de la souveraineté nationale, tout comme d’autres entreprises et organismes publics.

    Dans le cadre du Projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024, le ministère des Transports a prévu une aide substantielle pour Air Algérie. Cette aide, inscrite dans le budget du ministère des Transports, s’élève à 10 milliards de dinars algériens. Un montant significatif qui intervient à un moment où Air Algérie annonce un excédent financier après sept années de déficit.

    Le Montant de l’Aide Expliqué

    L’ancien ministre des Transports, Youcef Cherfa, a présenté ces détails devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) lors de la présentation du budget de son secteur dans le cadre du PLF 2024. Le montant de 10 milliards de dinars alloués à Air Algérie est inclus dans les dépenses de transfert du ministère pour l’exercice 2024, qui sont estimées à 25,75 milliards de dinars algériens, selon les informations fournies par le ministre à l’APS (Algérie Presse Service).

    Youcef Cherfa a expliqué que cette aide vise à « couvrir la différence entre le prix réel des billets et le prix imposé par les autorités publiques sur les lignes intérieures, outre la couverture du déficit enregistré au niveau des vols réguliers vers les pays africains et internationaux. »

    Tassili Airlines Reçoit Également un Soutien

    En plus d’Air Algérie, Tassili Airlines, une filiale du groupe Sonatrach et l’autre compagnie aérienne nationale, recevra une aide de l’État en 2024. Youcef Cherfa a annoncé qu’un montant de 500 millions de dinars algériens serait accordé à Tassili Airlines dans le cadre de cette aide. Cette somme est destinée à « couvrir la différence entre le prix réel des billets et le prix imposé par les autorités publiques sur les lignes intérieures opérées par Tassili Airlines », a précisé le ministre.

    Une Lueur d’Espoir ou une Dépendance Croissante ?

    Alors que cette aide financière peut être vue comme une lueur d’espoir pour Air Algérie et Tassili Airlines, elle soulève également des questions importantes. La dépendance continue de ces compagnies aux subventions gouvernementales pose la question de leur viabilité à long terme. La pandémie de COVID-19 a déjà durement frappé l’industrie aérienne, et une reprise totale est loin d’être garantie.

    De plus, l’économie algérienne est confrontée à de nombreux défis, notamment la dépendance aux hydrocarbures, la nécessité de diversifier les secteurs économiques et la gestion des finances publiques. L’aide gouvernementale aux compagnies aériennes pourrait être perçue comme une charge supplémentaire pour un État déjà sous pression.

    Un Équilibre Délicat à Trouver

    L’annonce de cette aide financière à Air Algérie et Tassili Airlines en 2024 témoigne du rôle essentiel que jouent ces compagnies dans la connectivité du pays. Cependant, elle met également en lumière le délicat équilibre entre le soutien à court terme et la viabilité économique à long terme. L’avenir de l’industrie aérienne en Algérie dépendra de la capacité du gouvernement à trouver ce juste équilibre et à mettre en œuvre des réformes structurelles pour favoriser une croissance durable.

    Article précédentInflation en Algérie : Une Pause Fragile dans un Climat Économique Incertain
    Article suivantSMIC en France : Nouvelle Augmentation de 23 Euros en 2024 – Un Coup de Pouce Controversé