L’Allemagne veut renforcer la coopération avec le Canada dans le domaine de l’énergie

0
Allemagne Canada
Advertisement

MONTRÉAL : Le chancelier allemand Olaf Scholz a souligné l’importance de renforcer la coopération avec le Canada dans le secteur de l’énergie, à la lumière de la guerre en cours en Ukraine.

À la suite de sa rencontre lundi dernier avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau dans la ville canadienne de Montréal, Schultz a déclaré : « Le Canada jouera un rôle absolument central dans le développement de l’hydrogène vert.

Il a ajouté : « Par conséquent, nous sommes très heureux que, dans le cadre de cette opportunité, nous puissions étendre notre coopération dans ce domaine », notant qu’il sera nécessaire d’utiliser le gaz naturel liquéfié pendant une période transitoire afin de réduire la dépendance vis-à-vis du gaz russe transporté par gazoducs.

Il est à noter que la guerre russe contre l’Ukraine a contraint l’Allemagne à élargir ses préparatifs dans le domaine de l’énergie.

Le Canada possède du gaz naturel liquéfié, mais l’Allemagne ne pourra bénéficier de ce gaz qu’à moyen terme, en raison de son manque d’infrastructures nécessaires pour recevoir le gaz liquéfié et le remettre dans son état d’origine, puis le pomper dans des pipelines à des fins industrielles et usage domestique.

Pour cette raison, lors de sa visite au Canada, Schultz s’est concentré sur la production d’hydrogène.

Il convient de noter que les entreprises allemandes s’intéressent aux minéraux et aux métaux canadiens, ainsi qu’au cobalt, au nickel, au graphite et au lithium, qui sont des matériaux importants pour la production de batteries.

Schultz a salué la coopération avec le Canada dans le différend sur la turbine du gazoduc « Nord Stream 1 » pour le transport du gaz russe. Disponibilité pour restituer une turbine entretenue.

Ottawa avait contourné les sanctions contre la Russie afin de fournir la turbine, que la Russie jugeait vitale, mettant le gouvernement canadien sous pression interne.

Schulz a déclaré que la Russie a réduit les approvisionnements en gaz dans toutes les régions d’Europe pour des raisons techniques présumées, « et il est donc important de ne pas tomber dans le piège de Poutine et de rester ensemble et de rester ensemble ».

Pour sa part, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré hier que le Canada examinait la faisabilité économique d’exporter du gaz naturel liquéfié directement vers l’Europe à partir de sa côte est, ajoutant que « nous ferons ce que nous pouvons » pour contribuer à l’approvisionnement mondial en énergie. en augmentant la capacité à court terme.

Il a expliqué que le Canada « explorera également les moyens de savoir s’il est avantageux d’exporter du GNL et s’il est commercialement faisable d’exporter du GNL directement vers l’Europe… Des consultations économiques sont en cours entre des entreprises au Canada et en Allemagne ».

Mais il a vu que l’un des défis du GNL est la valeur élevée des investissements dans les infrastructures dans ce domaine.

Article précédentFrance: Outre le cas du Mali, pourquoi le sentiment anti-français augmente-t-il en Afrique ?
Article suivantLe revers de la France en Afrique