Yennayer 2974 : Célébration et Réflexion au Cœur du Nouvel An Amazigh

0
Yennayer 2974 : Célébration et Réflexion au Cœur du Nouvel An Amazigh

Algérie: Lorsque les premiers rayons de soleil balaient les sommets de l’Atlas, annonçant le début de Yennayer 2974, une nouvelle ère s’ouvre pour la culture amazighe. Le Nouvel An amazigh, célébré avec passion et fierté, se transforme également en une occasion de réflexion profonde sur l’identité, la langue et la préservation du patrimoine. 

Le Slogan de l’Année : Un Trésor Culturel Authentique

« Yennayer, trésor culturel authentique et un élément rassembleur pour le développement durable. » Voici le slogan choisi pour marquer le début de l’année 2974 selon le calendrier amazigh. Ce slogan reflète à lui seul l’importance de Yennayer dans la préservation de l’identité culturelle et linguistique de l’Algérie.

Les festivités officielles ont débuté au Cercle national de l’armée à Beni Messous, à Alger, et se poursuivront sur plusieurs jours. Sous l’égide du Haut Conseil à l’amazighité (HCA), un programme varié a été mis en place pour célébrer cette occasion spéciale.

Un Programme Riche en Contenu

Au-delà des célébrations traditionnelles, les festivités de Yennayer incluent des ateliers et des conférences scientifiques qui abordent des sujets cruciaux pour la promotion de la langue et de la culture amazighes.

  • Toponymie et Traduction Littéraire : Lors de la première conférence intitulée « Yennayer, lecture dans les dimensions historiques et culturelles de l’identité algérienne », les participants explorent les liens profonds entre Yennayer, l’identité algérienne, et la traduction littéraire. Cette séance matinale est animée par le professeur Hadj Ouhmena Douak, enseignant de philosophie à l’université Hadj Lakhdar (Batna 1), et le Dr. Noureddine Djouadi, enseignant d’économie à l’université Hama Lakhdar d’El Oued.
  • Atlas Linguistique en Algérie : L’après-midi, une conférence consacrée à l’avant-projet de « l’Atlas linguistique en Algérie » attire l’attention sur l’importance de préserver et de documenter la richesse linguistique du pays. Les conférenciers, l’historien Youcef Kasmi et le linguiste Ramdane Touati, mettent en lumière les défis et les enjeux de ce projet ambitieux.
  • Néologismes et Littérature : La troisième conférence, intitulée « Néologismes : limites et influences », plonge dans le monde de la création littéraire en tamazight. L’auteur et journaliste Abderrezak Boukouba, accompagné d’auteurs primés en littérature, discute de l’évolution de la langue et de son impact sur la littérature.

Ateliers au Cœur de la Réflexion

Les ateliers, véritables laboratoires de réflexion, abordent des thèmes essentiels pour la préservation et la promotion de la culture amazighe.

  • Rôle de la Traduction : Le premier atelier, animé par Aziri Boudjema et Leila Benaïcha, explore le « Rôle de la traduction dans la transmission des œuvres littéraires et la production scientifique et technique en tamazight ». Cette réflexion essentielle permet de comprendre comment la traduction peut être un vecteur clé pour la diffusion de la culture amazighe.
  • Toponymies Géographiques Officielles : Le deuxième atelier, dirigé par Bilak Cherifa et Ali Boucherit, se penche sur la « Méthodologie permettant la constitution d’une banque nationale de toponymies géographiques officielles ». La préservation des noms de lieux est un enjeu crucial pour la sauvegarde de l’identité amazighe.

Une Feuille de Route pour l’Avenir

Les recommandations issues de ces ateliers dessineront la feuille de route du Haut Conseil à l’amazighité pour l’année 2024. Cette institution joue un rôle central dans la promotion de la langue et de la culture amazighes en Algérie, et ses actions continuent de renforcer l’identité nationale.

Dans un geste de reconnaissance envers ceux qui contribuent à la promotion de tamazight, cinq personnalités scientifiques et culturelles seront honorées lors de ces festivités. Il s’agit de Saïd Zamouche (Oran), Abdelmadjid Cheboub (Tlemcen), Hadj Ouhmena Douak (Batna), Abderrahmane Djouadi (El Oued) et Ali Lounis.

Les festivités de Yennayer 2974 sont bien plus qu’une simple célébration. Elles incarnent la volonté de préserver et de promouvoir la langue et la culture amazighes, éléments fondamentaux de l’identité algérienne. Dans un monde en constante évolution, ces festivités nous rappellent l’importance de cultiver nos racines et de les transmettre aux générations futures. Yennayer, trésor culturel authentique, continue de briller comme un phare dans le paysage culturel algérien.

Article précédentPétrole et Gaz en Algérie : La Lente Évolution d’une Industrie Cruciale
Article suivantRafael Nadal : Les Lueurs d’Espoir Après la Blessure à Brisbane