Israël Frappe au Cœur de Beyrouth : L’Assassinat de Saleh Al Arouri Ravive les Craintes d’une Confrontation Régionale

0
Israël Frappe au Cœur de Beyrouth : L'Assassinat de Saleh Al Arouri Ravive les Craintes d'une Confrontation Régionale

Au cœur de Beyrouth, une frappe de drone israélien a résonné comme un coup de tonnerre, secouant le Liban et toute la région. Saleh Al Arouri, un haut responsable du mouvement palestinien Hamas, a perdu la vie dans cette attaque audacieuse, défiant la souveraineté nationale libanaise. 

Saleh Al Arouri : La Cible de l’État Hébreu

Saleh Al Arouri, un nom qui figurait en haut de la liste israélienne des dirigeants palestiniens à éliminer. Sa vie était constamment menacée, et il en était conscient. Il avait déjà échappé à une tentative d’assassinat lorsque sa maison à Ramallah, en Cisjordanie, a été réduite en décombres par l’armée israélienne il y a seulement un mois. Dans une interview accordée à la chaîne qatarie Al Jazeera, Al Arouri avait déclaré : « Le sang des dirigeants n’est pas plus précieux que celui des autres martyrs. » Une prémonition de son destin tragique.

L’Assassinat dans la Banlieue de Beyrouth : Un Acte d’Impunité

Le 2 janvier restera gravé dans la mémoire collective du Liban. C’est ce jour-là qu’un drone israélien a ciblé le bureau de Saleh Al Arouri dans la banlieue de Beyrouth, le tuant sur le coup. Deux autres membres du HAMAS ont également perdu la vie, et de nombreux civils ont été blessés. Cette opération a rompu un équilibre fragile dans la région, rappelant la guerre de 2006 où Israël a été vaincu par le Hezbollah.

Le Hezbollah : Une Réponse Imminente ?

Le Hezbollah, mouvement chiite puissant et influent au Liban, avait jusqu’à présent adopté une position de retenue depuis le 7 octobre. Ils se sont limités à des actions limitées de soutien au HAMAS, telles que des tirs de roquettes sur le Nord d’Israël. Cependant, le Hezbollah a averti qu’il élargirait ses actions si Israël lançait des attaques sur le territoire libanais pour viser les dirigeants de la résistance palestinienne.

Avec la mort d’Al Arouri, le Hezbollah a promis de riposter. La région retient son souffle, se demandant si une confrontation ouverte entre l’armée israélienne et le Hezbollah, voire l’Iran, est imminente. Cette escalade survient à peine une semaine après l’assassinat en Syrie de Razi Moussavi, un haut gradé des Gardiens de la Révolution iraniens. Téhéran a juré de se venger.

Les Scénarios Possibles : Une Région en Ébullition

Le gouvernement israélien, sous la direction de Benyamin Netanyahu, n’écarte aucun scénario. Les unités de l’armée israélienne dans le Nord sont en état d’alerte maximale, et une réunion du cabinet de guerre est prévue. La région n’a jamais été aussi proche d’une généralisation du conflit, et c’est Israël qui a poussé les limites en assassinant un dirigeant du HMS sur le territoire libanais.

Israël : Une Histoire d’Assassinats Ciblés et d’Impunité

L’assassinat de Saleh Al Arouri rappelle une pratique longtemps utilisée par l’armée israélienne : les assassinats ciblés. Chaque fois qu’Israël se heurte à la résistance palestinienne sur le terrain, les dirigeants du HMS sont dans leur ligne de mire. L’histoire est tachée du sang de nombreux résistants palestiniens, ciblés dans des opérations similaires.

Yahia Ayache, l’artificier du HMS dans la bande de Gaza, a été tué par une mini-bombe placée dans son téléphone en 1996. En 2000, c’est Cheikh Yassine, le fondateur du HMS, qui a été assassiné sur son fauteuil roulant par un missile tiré d’un hélicoptère israélien.

Au cours de la seconde intifada entre 2000 et 2008, les services israéliens ont orchestré 386 assassinats ciblés de Palestiniens, selon l’ONG pacifiste israélienne B’tselem. Israël est également suspecté d’avoir empoisonné Yasser Arafat en 2004. Tous ces assassinats sont restés impunis, mais n’ont pas réussi à étouffer la résistance palestinienne.

Le Liban Face à une Situation Explosive

L’assassinat de Saleh Al Arouri a replongé le Liban dans un climat de tension et d’incertitude. Pour la première fois depuis la fin de la guerre de 2006, l’armée israélienne a ciblé directement Beyrouth. Cette attaque rappelle les jours sombres de 1982, lorsque l’armée israélienne a envahi le Liban pour éradiquer la résistance palestinienne, entraînant le massacre des camps Sabra et Chatila.

Ce crime, comme d’autres perpétrés par Israël au cours des décennies passées, risque de rester impuni. Malgré le caractère illégal de l’opération, les alliés d’Israël n’ont pas condamné l’acte. Une impunité qui renforce la position d’Israël et entache sa réputation internationale.

L’Ombre d’une Confrontation Plane sur le Moyen-Orient

L’assassinat de Saleh Al Arouri a plongé toute la région dans l’incertitude. La réponse du Hezbollah et les menaces d’escalade laissent entrevoir une période dangereuse. Le Moyen-Orient est au bord de la confrontation, et le monde retient son souffle.

Dans un contexte de tensions croissantes, cet assassinat ciblé risque d’être un catalyseur d’une nouvelle vague de violence. L’avenir de la région est suspendu à un fil, avec en toile de fond l’ombre d’une confrontation régionale qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices pour toutes les parties impliquées. La paix semble, une fois de plus, hors de portée.

Article précédentYoucef Atal : Le Verdict qui Secoue la Liberté d’Expression en France
Article suivantVente OM ‍: Zidane et l’Arabie Saoudite aux Commandes de l’Olympique de Marseille, un Rêve devenu Réalité ?