Le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Djamel Ould Abbès, a assuré dimanche à Alger que l’Algérie dispose d’un stock de six mois de vaccins. « Suite aux rumeurs à propos d’un manque de vaccins sur la marché, je rassure tous les Algériens. Nous disposons d’un stock de six mois de vaccins au lieu de trois mois », a indiqué le ministre lors d’une visite au centre de distribution des vaccins de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) à Kouba. Il a néanmoins souligné que les vaccins « n’arrivent pas aux utilisateurs parce qu’il y a un problème de disfonctionnement dans la distribution ». « Ce n’est pas l’Institut Pasteur qui distribue mal les vaccins, mais ce sont nos responsables au niveau des structures de santé, à l’intérieur du pays, qui ne font pas les commandes selon la population à vacciner », a-t-il fait savoir.
Le ministre a annoncé à l’occasion la prochaine tenue, avant la fin du mois de février, d’une journée d’études sur le vaccin, son organisation et sa distribution.

Au Laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques (LNCPP), deuxième point de sa tournée, le ministre s’est enquit des derniers équipements dont s’est doté ce laboratoire d’une valeur de 225 millions de dinars. Ces équipements d’une technologie de pointe « permettront à l’Algérie de contrôler tous les médicaments importés ou produits localement fabriqués », a affirmé M. Ould Abbès.

Il s’agit de trois machines pour le développement des techniques d’analyses permettant de protéger les patients des produits falsifiés et d’avoir un système d’assurance-qualité garantissant des résultats « fiables et opposables ». « Je rassure tous le citoyens qu’aucun produit pharmaceutique de contrefaçon ou contenant des impuretés n’entrera sur le marché algérien », a-t-il dit, expliquant que tous les médicaments « passeront dorénavant par ce laboratoire ».

Le LNCPP est un établissement public qui a pour mission de contrôler la qualité et d’expertiser les produits pharmaceutiques. Il compte plus de 200 personnes à son actif et a vu étendre ses liens professionnels aux autorités de réglementation et de contrôle des grandes métropoles internationales, par l’établissement de contrats de coopération. Ce laboratoire a été désigné en qualité de Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la conformité du médicament (CECOMED), centre observateur de la Commission européenne de pharmacopée et a obtenu une qualification par l’OMS dans le cadre de l’expertise des produits pharmaceutiques.

APS