Selon une enquête menée par le Programme national de santé mentale, il n’existe en Algérie que 1,43 lits pour 10.000 habitants, 1,13 psychiatres pour 100.000 habitants et 6,44 infirmiers spécialisés en psychiatrie pour 100.000 habitants.

Avec autant de carences en matière de personnels et d’infrastructures, il est difficile d’imaginer une prise en charge sérieuse des malades mentaux en Algérie.

Face à cette situation, l’Etat a consacré un budget de 6,6 milliards de dinars au programme national de santé mentale. En premier lieu, une enveloppe financière annuelle de l’ordre de 1,5 milliard de dinars a été consacrée à la réhabilitation des établissements hospitaliers spécialisés afin de leur permettre d’assumer confortablement leur mission thérapeutique et de réinsertion sociale des malades mentaux.

Aussi, et dans le cadre de ce programme national (2006-2009), il est envisagé l’élargissement et la généralisation des services spécialisés à l’échelle nationale.

Pour ce faire, l’Algérie comptera 31 centres d’ici la fin 2009 contre 11 en 1999.

Toujours en matière de capacité d’accueil, on précise du côté du ministère de tutelle que plus de 5.000 malades ont été hospitalisés à la fin 2007 et que la capacité d’accueil à fin 2009 devrait être de 7.000 lits, soit 2.000 lits supplémentaires.

Le ministère a également ouvert, ces dernières années, 15 centres à travers le territoire national afin de promouvoir la santé mentale de l’enfant et l’adolescent. Mais , il reste encore beaucoup à faire, tellement ce problème de santé publique est le parent pauvre des maux de la société algérienne.

Algeriefocus.com

Lire également:

– Algérie: urgence d’un large débat sur la question de la santé mentale…

– Algérie paradoxalement vôtre !

– Deux millions d’algériens ont besoin de soins psychiatriques

– Le suicide et sa tentative: SOS d’une génération

– Vidéos. Terrorisme: des enfants algériens vident leurs sacs
– Formation de psychologue en Algérie

Article suivantLe suicide et sa tentative : le SOS d’une génération