Affaire Bernard Genoud : Les Ombres du Passé de l’Évêque Secouent l’Église Suisse

0
Affaire Bernard Genoud : Les Ombres du Passé de l'Évêque Secouent l'Église Suisse

C’est un scandale qui secoue l’Église suisse et soulève des questions dérangeantes. Mgr Bernard Genoud, l’ancien évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, décédé en 2010, est accusé d’actes d’ordre sexuel sur une femme de 19 ans à l’époque où il enseignait au Collège du Sud, à Bulle. Cette affaire, révélée récemment par l’Église elle-même, jette une lumière crue sur les abus sexuels au sein de l’Église et les zones d’ombre qui les entourent.

Les Accusations Qui Bouleversent l’Église Suisse

Le choc a été immense lorsque Mgr Charles Morerod, successeur de Bernard Genoud à la tête du diocèse, a convoqué la presse pour divulguer les détails choquants de cette affaire. Il s’agit de la première fois qu’une personnalité ecclésiastique de ce rang est visée par des accusations d’abus sexuels en Suisse. La victime, une femme de 19 ans à l’époque des faits, a préféré conserver l’anonymat, ce qui ajoute à la complexité de cette affaire.

Les actes d’ordre sexuel présumés se seraient produits alors que Bernard Genoud enseignait au Collège du Sud à Bulle. La victime, une étudiante de l’évêque, a souhaité garder le silence pendant des années, en proie à une « grande souffrance. » Elle a finalement pris la décision courageuse de parler en décembre dernier, lorsqu’elle a rencontré Mgr Morerod.

Un Prédateur en Soutane

Le témoignage de la victime est accablant. Elle révèle avoir été victime d’actes d’ordre sexuel répétés, commis par Bernard Genoud. Ce dernier, un ami de ses parents, a abusé de sa position d’autorité et de confiance. Les actes se sont déroulés à plusieurs endroits, et la jeune femme était déjà marquée par des abus subis dans son enfance en dehors de l’Église.

Mgr Morerod, choqué par ces révélations, a lancé un appel à témoins pour découvrir d’autres victimes potentielles. Il faut dire que Bernard Genoud a laissé une longue liste d’institutions où il a exercé son influence, notamment au Collège du Sud, à l’École de la foi à Fribourg, et à l’Université de Fribourg. Cette liste pourrait révéler d’autres victimes, et l’objectif est de « libérer la vérité », selon Mgr Morerod.

Des Questions Sans Réponses

L’une des questions les plus troublantes est de savoir s’il existe d’autres cas similaires impliquant des personnalités ecclésiastiques. Charles Morerod a affirmé qu’il l’ignorait. Il est parfois nécessaire des décennies aux victimes pour trouver le courage de parler, et l’Église suisse a récemment été secouée par la publication d’une étude de l’Université de Zurich révélant plus de 1000 cas d’abus sexuels dans l’Église depuis le milieu du siècle dernier.

L’Église Face à ses Propres Démons

Cette affaire met en lumière les défis auxquels est confrontée l’Église suisse et, plus largement, l’Église catholique. La confiance des fidèles est ébranlée, et la dépendance d’une institution religieuse vis-à-vis du silence et de la dissimulation est mise en cause.

Charles Morerod, évêque actuel, a déjà rencontré une soixantaine de victimes et est déterminé à faire « confiance » à ceux et celles qui souhaitent témoigner. Il estime que l’Église peut se relever de cette épreuve, mais cela pourrait signifier une Église « plus pauvre et plus petite, mais quelque chose de plus évangélique, » a-t-il affirmé.

L’affaire Bernard Genoud est un rappel brutal que l’Église doit faire face à son passé et à ses propres démons. La route vers la guérison sera longue, mais la quête de vérité et de justice ne doit jamais être abandonnée.

Article précédentAcademia Christiana : L’Ombre Méconnue de l’Extrême-Droite Française sous le Feu des Projecteurs
Article suivantPascal Periz, le Chanteur de Pow Wow, S’éteint à 62 Ans : Adieu au Chat