Algérie – France : Une Nouvelle Approche Diplomatique pour Contourner les Blocages

0
Algérie – France : Une Nouvelle Approche Diplomatique pour Contourner les Blocages

La relation entre l’Algérie et la France est un paradoxe qui mêle une riche histoire humaine à des dysfonctionnements politiques récurrents. Le député français Frédéric Petit, représentant de la 7e circonscription des Français établis hors de France, propose une nouvelle perspective pour surmonter les obstacles persistants qui entravent cette relation bilatérale. Son rapport sur le budget de la diplomatie culturelle et d’influence, présenté récemment, met en lumière la possibilité de contourner les blocages politiques en misant sur la diplomatie des sociétés civiles.

Un Paradoxe Franco-Algérien

L’histoire commune entre l’Algérie et la France est profondément enracinée dans la culture et la mémoire des deux nations. Cependant, sur le plan politique, les relations sont souvent marquées par des impasses. Les déclarations conjointes au plus haut niveau et les accords bilatéraux n’ont pas toujours permis de créer une nouvelle ère de partenariat.

Le député Frédéric Petit rappelle les déclarations des chefs d’État algérien et français en 2003, 2012 et 2022, ainsi que la signature de dix accords sectoriels en 2022. Malgré ces initiatives, les tensions diplomatiques sont réapparues quelques mois après la Déclaration d’Alger, et les espoirs d’une coopération accrue se sont heurtés à des obstacles persistants.

Selon Frédéric Petit, le blocage des relations entre les deux pays est structurel. Les coopérations engagées sont rarement officiellement rompues par l’Algérie, mais elles s’effritent faute d’interlocuteurs, sans que la décision de rupture ne soit clairement assumée.

La Diplomatie des Sociétés Civiles : Une Voie Prometteuse

Face à ce constat, Frédéric Petit propose une approche différente : la diplomatie des sociétés civiles. Il estime que si la diplomatie traditionnelle bute sur le désintérêt du partenaire institutionnel en Algérie, les réseaux de coopération culturelle ont un rôle essentiel à jouer pour fluidifier les relations entre les deux pays. Ce constat découle de ses observations lors d’un déplacement à Alger et Oran.

En Algérie, l’institution culturelle française, incarnée par l’Institut français et ses cinq antennes à Alger, Annaba, Constantine, Oran, et Tlemcen, jouit d’un succès notable. Sur Instagram, elle compte 68 000 abonnés, contre seulement 12 000 pour l’Institut français en Grèce, par exemple.

Actions Recommandées

Frédéric Petit préconise plusieurs mesures pour renforcer le rôle de l’Institut français d’Algérie. Parmi celles-ci figure la rénovation de l’antenne d’Alger, l’un des principaux centres culturels de la capitale. De plus, l’ouverture de nouvelles antennes dans le sud algérien est envisagée.

Le député souligne également l’importance de diversifier les canaux de communication en Algérie. Il estime que pour la diplomatie française, il est crucial d’identifier les personnalités d’avenir susceptibles de contribuer à une refonte des relations à long terme.

Frédéric Petit constate un fort intérêt des étudiants algériens pour les études en France. En effet, 79 % des étudiants algériens en mobilité sont inscrits dans des universités françaises. Cependant, il existe un déséquilibre entre l’offre et la demande. Pour l’année 2022-2023, 50 000 dossiers ont été déposés par des étudiants algériens pour seulement 10 525 acceptés par les universités françaises.

Enfin, le député plaide pour une meilleure mobilité des entrepreneurs, incitant à une renégociation de l’accord algéro-français de 1968. Cette initiative permettrait de mieux prendre en compte la question des circulations professionnelles, tant pour les Algériens en France que pour les Français en Algérie.

 L’Avenir des Relations Franco-Algériennes

L’approche de Frédéric Petit ouvre de nouvelles perspectives pour les relations entre l’Algérie et la France. En misant sur la diplomatie des sociétés civiles, en soutenant la coopération culturelle, et en favorisant la mobilité des étudiants et des entrepreneurs, il espère contribuer à un renouveau des liens bilatéraux. Dans un monde en constante évolution, il est essentiel d’explorer des voies alternatives pour construire un avenir plus solide et prospère pour ces deux nations voisines et amies.

Article précédentEntretien Téléphonique entre le Président Algérien et le Prince Héritier du Koweït : Fraternité et Bienveillance
Article suivantPréparatifs Intenses : Algérie et République dominicaine s’affrontent en Futsal en vue de la CAN 2024