Algerie: libération de l’ex-ministre Khalida Toumi

0
Advertisement

Algerie: Mercredi soir, l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi a quitté l’établissement pénitentiaire de Kolea, après avoir bénéficié de la procédure de libération conditionnelle.

Le 6 juillet, la première chambre criminelle du Conseil judiciaire de la capitale a signé une peine de 4 ans de prison contre l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi.

L’ancienne ministre Khaleda Toumi a été poursuivie dans une affaire de corruption impliquant des festivals culturels, le Festival africain de 2009, le Festival culturel islamique et Algérie, capitale de la culture arabe 2007.

Khalida Toumi et ses proches devant la justice

Le 8 juin 2022, l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi et ses proches ont comparu devant le Conseil de la magistrature d’Alger, après avoir fait appel des décisions préjudicielles rendues par le pôle pénal économique et financier.

Le service de programmation a programmé le cas de Khalida Toumi et ses accompagnateurs au niveau de la première chambre criminelle de la même autorité judiciaire dirigée par Abdel Aziz Ayyad, où elle sera représentée par le chef du gouvernorat chargé des fêtes, Ben Blidia Abdel Hamid, et l’ancien directeur de la culture de Tlemcen Hakim Miloud, comme les accusés sont poursuivis dans le dossier pour délits d’exploitation de la fonction, d’octroi de privilèges indus et de détournement de fonds publics, notamment lors des manifestations culturelles organisées durant la période quand Khalida Toumi était à la tête du secteur, dont la manifestation « Tlemcen Capitale de la Culture Islamique » en 2011 et avant cela le « Festival Africain » en 2009, en plus de la manifestation « Algérie Capitale de la Culture Arabe » 2007.

Le dossier comprend également 40 témoins, dirigés par Lakhdar ben Tourki, ancien directeur du Bureau national de la culture et de l’information, ben Sdira Rachid, Ait Mangalat Hassan et d’autres responsables du département chargés de la mise en œuvre des programmes de démonstration, des responsables locaux.

C’est un hasard si Khalida Toumi sera jugée le 8 juin, date coïncidant avec la célébration de la fête nationale de l’artiste que Tommy a personnellement dessinée lorsqu’elle était à la tête du secteur de la culture, devenu à ce jour une tradition bien ancrée sur la scène culturelle et un rendez-vous annuel où s’affrontent des créateurs de différentes régions du pays et une station qui permet de découvrir des noms et des talents submergés.

Le 7 avril, le juge du pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed a signé des peines d’emprisonnement en vigueur contre l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi et ses proches parmi les cadres du secteur. des festivals, a prononcé une peine de 4 ans de prison et 200 000 DA d’amende, tandis que le juge a prononcé une peine de deux ans de prison et 200 000 DA d’amende pour Hakim Miloud, l’ancien directeur de la culture de Tlemcen.

Le juge a rendu une décision de levée des procédures de contrôle judiciaire des prévenus, ainsi que de levée de la saisie des biens immobiliers représentés dans une maison individuelle, et un téléphone portable, tout en obligeant les prévenus à verser une indemnité au profit du trésor public d’un montant de 100 000 dinars.

Article précédentFrance: Des développements prometteurs pour le succès de la visite de Macron en Algérie
Article suivantTragédie de Melilla : un ancien ministre marocain devant la justice après avoir révélé le nombre de victimes