Après la fin de la tournée de de Mistura.. Guterres publie le premier commentaire

    0
    António Guterres

    Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a appelé le Maroc et le Polisario à montrer « un intérêt plus fort des deux côtés pour résoudre la question » du Sahara occidental, après la fin de la tournée de son envoyé personnel Staffan de Mistura dans la région.

    « Il est temps pour les parties de comprendre la nécessité du dialogue et de rechercher une solution, pas seulement de maintenir un processus sans fin sans espoir de solution », a déclaré António Guterres.

    António Guterres a ajouté : « J’espère que le processus politique se développera à nouveau », considérant qu’il s’agit d’un « problème qui dure depuis plusieurs décennies dans une région du monde où l’on voit de très graves problèmes de sécurité et où l’on voit proliférer le terrorisme ». dans la région du Sahel et de plus en plus près des côtes, et c’est dans l’intérêt de tous. » Résoudre une fois pour toutes le problème du Sahara Occidental.

    De Mistura à Nouakchott avant de conclure sa tournée des Algériens

    Le 17 janvier 2022, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le dossier du Sahara occidental, Staffan de Mistura, s’est rendu en Mauritanie, après une tournée qui l’a conduit au Maroc et dans les camps de réfugiés sahraouis, tandis que l’Algérie sera sa dernière étape de sa première tournée dans la région.

    La visite de DeMistura en Mauritanie avant l’Algérie a provoqué d’étranges interprétations parmi les médias du régime marocain, qui ont tissé plusieurs interprétations et scénarios concernant l’amendement de la feuille de route et le parcours de l’envoyé de l’ONU.

    Un responsable algérien a décrit les déclarations à Al-Shorouk Online comme « des interprétations imaginaires et malveillantes », et qu’« il y a ceux qui exploitent clairement la réorganisation du déroulement de la tournée Demistura, pour promouvoir des interprétations imaginaires et malveillantes qui nuisent à l’image de l’Algérie ». et les Nations Unies.

    La visite de l’envoyé de l’ONU à Nouakchott d’abord, puis en Algérie en dernière étape, a mis un terme à toutes les manœuvres menées par le Makhzen et ses médias pour impliquer l’Algérie comme partie au conflit, malgré son affirmation, accompagnée de la Mauritanie, que ils ne sont pas intéressés par le conflit, car ce sont deux pays voisins qui observent la voie politique.

    Ibrahim Ghaly reçoit Staffan de Mistura

    Ibrahim Ghali, président de la République arabe sahraouie, a reçu, dimanche soir, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura.

    Le représentant du Front Polisario aux Nations Unies et coordinateur avec la MINURSO, Sidi Mohamed Ammar, a expliqué dans un tweet sur sa page officielle via Twitter que de Mistura effectuait sa première visite dans la région pour communiquer avec les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc.

     

    Voici comment le Département d’État américain a commenté la première tournée de De Mistura dans la région

    Le 16 janvier 2022, le département d’État américain a confirmé son soutien aux efforts de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, lors de sa première tournée dans la région afin de lancer le processus politique de parvenir à une solution entre les deux parties au conflit au Maroc, le Front Polisario.

    « Nous saluons la première visite de Staffan de Mistura dans la région en sa qualité d’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental », indique un tweet publié par la division Proche-Orient du département d’Etat américain. Nous soutenons ses efforts pour reprendre un processus politique crédible qui mène à une solution politique durable et mutuellement acceptable au conflit du Sahara occidental.

    De Mistura arrive dans les camps de réfugiés sahraouis

    Samedi, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, est arrivé à l’aéroport de Tindouf au début d’une visite qui le conduira dans les camps de réfugiés sahraouis.

    L’Agence de presse sahraouie a indiqué que le représentant du Front Polisario auprès des Nations Unies et coordinateur avec la MINURSO, le Dr Sidi Mohamed Ammar, a été reçu par Staffan de Mistura à l’aéroport de Tindouf.

    Staffan de Mistura se rendra dans l’État de Smara et lui apportera des réunions avec des membres du Conseil consultatif et du Conseil national, ainsi qu’une visite des établissements de santé et d’éducation de l’État.

    Il aura également des entretiens avec les autorités de la République sahraouie et la direction du Front Polisario, en conclusion de la visite de deux jours, avec une rencontre avec le président de la République, secrétaire général du Front Polisario, Ibrahim Ghali.

    De Mistura rencontre les dirigeants du désert samedi

    L’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, rencontrera samedi les dirigeants sahraouis lors de sa deuxième étape de sa première tournée dans la région.

    De Mistura rencontrera la direction sahraouie, dirigée par le président sahraoui, secrétaire général du Front Polisario, seul et légitime représentant du peuple sahraoui, Ibrahim Ghali.

    La tournée de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies a officiellement été lancée jeudi depuis le Maroc, considérant ce dernier comme l’une des deux parties au conflit, alors qu’elle se rendra samedi dans les camps de réfugiés sahraouis.

     Conflit du Sahara occidental : le Polisario rappelle aux Nations unies la décision de la Cour internationale de justice

    Le 15 décembre 2021, le Front Polisario a affirmé que les Nations Unies doivent se souvenir que le Sahara Occidental est une zone coloniale, conformément à ses décisions antérieures ainsi qu’à l’arrêt de la Cour internationale de justice rendu le 16 octobre 1975.

    une lettre que j’ai adressée à l’Assemblée générale des Nations unies déclarait : « La poursuite de l’occupation illégale par le Maroc de certaines parties du Sahara occidental constitue une violation des résolutions des Nations unies et de l’arrêt de la Cour internationale de justice du 16 octobre 1975, qui a reconnu l’absence de toute lien de souveraineté territoriale entre le Sahara Occidental et le Maroc et a souligné la nécessité de la mise en œuvre de la résolution 1514 (D-15) de l’Assemblée générale relative à la décolonisation du territoire par l’expression libre et véritable de la volonté du peuple sahraoui.

    Elle a expliqué : Cela fait près de six décennies que l’Assemblée générale a adopté sa résolution 1956 (D-88) le 11 décembre 1963, dans laquelle l’Assemblée générale a approuvé le rapport du Comité spécial sur la décolonisation, qui comprend une liste de territoires de à décoloniser, y compris le Sahara occidental.

    Conflit du Sahara occidental : Ghali envoie un message urgent à António Guterres

    Le 6 décembre 2021, Ibrahim Ghali, le président sahraoui et secrétaire général du Polisario, a confirmé, dans une lettre qu’il a adressée au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, que le Front ne s’engagera dans aucun processus de paix tant que le régime marocain continue d’intimider les militants civils dans les zones occupées du Sahara occidental.

    Ghali a écrit : Le Front Polisario affirme que parler de relancer le processus de paix à un moment où les civils sahraouis et les militants des droits de l’homme sont soumis à des intimidations et à des atrocités scandaleuses n’a aucun sens.

    Il a ajouté: « Par conséquent, personne ne devrait s’attendre à ce que le Polisario s’engage dans un processus de paix à un moment où l’État occupant du Maroc continue d’imposer son régime terroriste sur les terres désertiques occupées, tandis que les Nations Unies continuent de maintenir leur position absolue et injustifiée. silence ».

    Le texte intégral du message 

    M. Antonio Guterres

    Secrétaire général des Nations Unies

    Nations Unies, New York

    Bir Lahlou, le 6 décembre 2021

    Monsieur le Secrétaire Général,

    Je vous écris une fois de plus avec une grande préoccupation pour attirer votre attention urgente et celle du Conseil de sécurité sur les actes terroristes en cours commis par la puissance occupante marocaine contre la militante des droits de l’homme Sultana Sid Ibrahim Khaia et sa famille dans la ville de Boujdour dans les zones désertiques sous occupation marocaine illégale.

    Dans notre lettre que nous vous avons adressée le 16 novembre 2021, nous avons exprimé notre ferme condamnation du crime odieux commis le 15 novembre 2021 contre la militante des droits humains Sultana Sid Ibrahim Khaia et sa famille lorsque des membres masqués des forces de sécurité marocaines ont pris d’assaut leur domicile et soumis toute la famille à des brutalités indicibles et à des pratiques inhumaines et dégradantes.

    Tôt le 5 décembre 2021, vers 4 heures du matin, des membres masqués des forces de sécurité marocaines ont de nouveau pris d’assaut la maison et soumis toute la famille à une nouvelle vague de terreur physique et psychologique et à des pratiques cruelles, inhumaines et dégradantes, où Sultana, sa sœur pelucheuse et leur mère âgée ont été brutalement battues, harcelées sexuellement et violées.

    Après que Sultana ait été forcée d’inhaler une substance inconnue, les forces de sécurité marocaines ont jeté un produit chimique dans le réservoir d’eau, la principale source d’eau de la famille. Comme ils le font souvent, les agents de sécurité ont vandalisé la propriété de la famille et pulvérisé des substances nauséabondes dans toute la maison. Ils ont également fermé hermétiquement la porte menant au toit pour empêcher Sultana et sa charmante sœur de mener leur protestation quotidienne en hissant le drapeau national de la République sahraouie comme un acte de résistance pacifique contre l’occupation marocaine illégale.

    Nous condamnons fermement ce nouveau crime odieux contre la militante des droits humains Sultana Syed Ibrahim Khaya et sa famille. Nous dénonçons également le silence du Secrétariat général des Nations Unies et du Conseil de sécurité concernant les crimes commis par l’État marocain occupant contre les civils sahraouis et les militants des droits de l’homme, et ses violations continues des règles du droit international et du droit international humanitaire dans l’Ouest occupé. Sahara.

     

    Monsieur le Secrétaire Général,

    Comme nous l’avons souligné dans notre lettre susmentionnée, la poursuite des crimes odieux contre les civils sahraouis par l’État occupant du Maroc, sans aucune responsabilité ni sanction, compromet sérieusement les perspectives du processus de paix depuis sa fondation et ferme la porte à la paix souhaitée. solution pour décoloniser le Sahara Occidental.

    Le Front Polisario affirme que parler de relancer le processus de paix à un moment où les civils sahraouis et les militants des droits de l’homme font l’objet d’intimidations et d’atrocités scandaleuses n’a aucun sens. Par conséquent, personne ne devrait s’attendre à ce que le Polisario s’engage dans un quelconque processus de paix à un moment où l’État occupant du Maroc continue d’imposer son régime terroriste sur les territoires sahariens occupés tandis que l’ONU continue de maintenir son silence absolu et injustifié.

    Nous vous demandons, Monsieur le Secrétaire général, ainsi qu’au Conseil de sécurité, d’agir de toute urgence pour mettre fin à la brutalité et à la terreur que la militante des droits de l’homme Sultana Sid Ibrahim Khaia et sa famille subissent quotidiennement aux mains de l’État occupant marocain. , d’assurer la protection des militants sahraouis des droits de l’homme et d’assurer la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers politiques sahraouis, dont le groupe Gdeim Izik, qui sont détenus dans les prisons de la puissance occupante.

    À cet égard, le Frente POLISARIO prévient que l’incapacité des Nations Unies et des autres parties prenantes à assurer la cessation immédiate des pratiques terroristes et dégradantes qui sont pratiquées quotidiennement contre la famille de Sid Brahim Khaia et d’autres militants sahraouis des droits de l’homme laissera le Front Polisario sans autre choix que de prendre les décisions appropriées concernant leur participation au « processus politique » ainsi que sa coopération avec la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), car cette approche poussée par la puissance occupante marocaine ne nous quittera pas avec une autre option à moins qu’il ne soit dissuadé par les Nations Unies, en particulier le Conseil de sécurité et le Secrétariat général.

    Je vous serais obligé de bien vouloir porter cette lettre à l’attention des membres du Conseil de sécurité.

    Veuillez accepter, Monsieur le Secrétaire général, les plus hautes expressions d’appréciation et de respect.

    Ibrahim Ghaly

    Président de la République Arabe Sahraouie Démocratique

    Secrétaire général du Front Polisario

    Son Excellence M. Staffan de Mistura

    Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara occidental

    Son Excellence l’Ambassadeur Abdo Abari

    Représentant permanent du Niger auprès des Nations Unies et Président du Conseil de sécurité.

    Ghali annonce le rejet de l’option table ronde 

    Le président de la République arabe sahraouie démocratique, secrétaire général du Front Polisario, Ibrahim Ghali, a affirmé que la partie sahraouie ne participera pas aux tables rondes sur le Sahara occidental, mais qu’elle est prête à reprendre les négociations, à condition que les garanties internationales sont atteints qui garantissent le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

    Le président sahraoui a ajouté, dans une interview exclusive à la télévision algérienne, diffusée mardi soir, que la partie sahraouie peut aller vers un règlement de la question du conflit au Sahara occidental « en organisant des négociations entre les deux parties au conflit ( Maroc/Front Polisario) sous les auspices de l’Union Africaine pour parvenir à un règlement permettant à la région de vivre en paix et poussant l’occupation à retirer ses soldats des terres désertiques.

    Selon Ghali, « l’occupant marocain a deux options, soit le règlement réclamé par les Nations unies sur la base de l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, soit la solution négociée réclamée par l’Union africaine ».

    Lors de la rencontre, Ghali a parlé du rôle que l’Union africaine devrait jouer aujourd’hui, affirmant que malgré les « modes efforts déployés au niveau de l’Organisation africaine, la partie sahraouie reste attachée à son rôle de partenaire des Nations unies dans le plan de règlement initial », appelant à « la nécessité de revitaliser et d’activer les négociations. » entre les deux parties au conflit et imposé à la partie faisant obstruction de coopérer avec la communauté internationale.

    Il a poursuivi en disant que si Rabat n’est pas sanctionné pour avoir violé le cessez-le-feu, l’affaire mettra à l’épreuve la charte fondatrice de l’Union africaine, notamment son article 4, qui appelle les deux parties à revenir à la table des négociations.

    Concernant la récente décision du Conseil de sécurité de l’ONU de proroger le mandat de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental (MINURSO), le secrétaire général du Front Polisario le déplore car il a été décevant et ignorant la réalité du retour du peuple sahraoui à la lutte armée, suite à la violation par le Maroc de l’accord de cessez-le-feu le 13 novembre 2020.

    Dans ce contexte, il a souligné que la prolongation du mandat de la MINURSO est la preuve que le Conseil de sécurité de l’ONU « n’a pas pris au sérieux les derniers développements dans la région ».

    Concernant la nomination des Nations unies comme envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, M. Ghali a indiqué que ce dernier « fait face à de nombreuses difficultés dans l’accomplissement des tâches qui lui sont confiées, au premier rang desquelles figure la manque de volonté de la part du Conseil de sécurité de pousser la question vers une solution, se contentant de gérer le conflit.

    Malgré ces faits, dit M. Ghali, la partie sahraouie espère toujours que l’Envoyé personnel trouvera un soutien suffisant du Conseil de sécurité « pour faire pression sur l’occupant, qui continue de faire obstruction à toutes les résolutions de légitimité internationale, tout en mettant en cause certaines parties internationales ». ”

    Lors de sa réponse à l’appel de certains pays à la Cour européenne de justice, pour continuer le pillage des ressources sahariennes, le président Ghali a déclaré que depuis 2016, la cour a rendu trois décisions, et à chaque fois le résultat a été le même, réaffirmant que « le Maroc et l’Occident Le Sahara sont des pays distincts, et le Maroc n’a aucune légitimité pour exploiter les richesses de la région. » De tout parti, et que le peuple sahraoui doit être consulté, et le Front en est le seul représentant légitime. »

    M. Ghali s’attendait à ce que davantage d’appels soient déposés dans cette affaire afin de gagner plus de temps pour que le Maroc et ses pays complices puissent piller les richesses du peuple sahraoui. Cependant, une fois le délai écoulé, la partie sahraouie entrera dans une nouvelle phase d’exécution des décisions rendues par le même tribunal.

    Concernant la possibilité de porter plainte contre l’Espagne, responsable de la décolonisation du Sahara Occidental, M. Ghali a déclaré : « Nous terminons le dossier du pillage des ressources naturelles du Sahara Occidental et nous ouvrirons d’autres dossiers ».

    L’Algérie appelle à des négociations directes entre le Maroc et le Polisario

    Fin octobre 2021, le représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies, Sofiane Mimouni, a affirmé que l’Algérie appelle à un dialogue direct entre le Front Polisario et le Maroc comme seule voie pour parvenir à une solution juste et durable au conflit du Sahara occidental.

    Lors du débat général de la Quatrième commission des Nations unies chargée des politiques spéciales et de la décolonisation, Mimouni a expliqué que « le dialogue direct entre le Polisario et le Maroc dans le cadre du respect et d’un véritable engagement sera seul gage d’espoir pour l’instauration de la sécurité dans la région. »

    d’ajouter : « L’Algérie espère que les efforts du Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres et de son Envoyé personnel pour le Sahara Occidental, Staffan de Mistura, aboutiront à une véritable reprise de la voie du règlement de ce conflit » au Sahara Occidental, qui a occupée par le Maroc depuis 1975.

    Il a souligné, dans ce contexte, que la récente nomination de Staffan de Mistura au poste d’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies au Sahara Occidental est un « pas positif vers cet objectif ».

    La délégation algérienne avait confirmé jeudi dernier à New York que la formule des « tables rondes » pour la reprise des négociations sur le Sahara occidental, à laquelle se réfère un projet de règlement sur la prolongation de la MINURSO, n’est « pas utile ».

    La délégation a précisé que « ces (tables rondes) se sont avérées inefficaces et inutiles du fait de leur exploitation par les autorités marocaines pour se soustraire à leurs responsabilités et déformer la réalité du conflit au Sahara Occidental, en tant que question de décolonisation ».

    Dans une lettre au président du Conseil de sécurité, Martin Kimani, dont le président des Nations unies a reçu copie, la délégation algérienne a répondu avec force à la formule de négociation dite « tables rondes » proposée dans le projet.

    La mission a écrit dans cette lettre, que j’ai examinée, que « sur les instructions de notre gouvernement, je vous écris pour réitérer la position de mon pays concernant ce qui est mentionné dans le projet de règlement sur le renouvellement du mandat des Nations Unies Mission pour l’Organisation du Référendum au Sahara Occidental (MINURSO), à travers les soi-disant « Tables Rondes ».

    La délégation algérienne précise que « l’Algérie n’a jamais considéré ces (tables rondes) comme une formule finale pour la conduite du processus politique au Sahara Occidental, mais plutôt comme une étape transitoire pour les négociations entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario ».

    Dossier Sahara occidental : l’Algérie annonce son refus de participer à toute table ronde

    Le 22 octobre 2021, l’envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb, Ammar Balani, a réitéré le refus de l’Algérie de participer à toute table ronde sur le dossier du Sahara occidental.

    « Quant à la formule dite de la table ronde, que nous avons publiquement rejetée, l’Algérie ne s’est jamais engagée à en faire partie à l’avenir », a déclaré Blaney.

    Le porte-parole a justifié le refus de l’Algérie de participer à une table ronde sur le dossier du Sahara Occidental en déclarant : « Cette formule ne constitue pas la solution optimale puisque le Maroc a décidé, de manière irresponsable et malhonnête, de l’utiliser comme une misérable tentative d’échapper à la politique coloniale nature de la question du Sahara Occidental au profit d’un conflit régional artificiel et présumé, faisant de l’Algérie une partie à celui-ci ».

    L’envoyé spécial en charge du Sahara Occidental a ajouté que « pour ces raisons, l’Algérie confirme officiellement son rejet irréversible de la formule dite de la table ronde ».

    Blaney a expliqué que le représentant permanent de l’Algérie à New York a été chargé d’informer de la décision du gouvernement algérien le président du Conseil de sécurité afin qu’il distribue la note verbale aux membres du Conseil.

     Blaney a également évoqué la violation violente du cessez-le-feu par les forces d’occupation marocaines et l’annexion illégale de la zone tampon à Guerguerat, appelant le Conseil de sécurité à traiter, plus que jamais, la question du Sahara occidental de manière claire et responsable car la question est liée à la sécurité et à la stabilité de la région.

    Blaney a déclaré : « Toute démarche qui ne tiendrait pas compte de ces faits rendra légitime la question de la faisabilité, plutôt de l’intérêt, de relancer un processus politique qui ne correspond pas à la réalité du terrain et qui peut donner une légitimité à la politique coloniale de facto, y compris dans une région censée être démilitarisée. » Conformément aux accords signés par les deux parties et ratifiés par le Conseil de sécurité.

    Table ronde sur le Sahara Occidental.. La Mauritanie suivra-t-elle l’exemple de l’Algérie ?

    On anticipe la position de la Mauritanie sur la question de la participation aux tables rondes sur le conflit du Sahara occidental, après que l’Algérie a annoncé la fin de sa participation à ces négociations, après que le régime marocain l’a exploitée pour promouvoir sa prétention à être partie à le conflit.

    Le 14 octobre, le site d’information mauritanien « Anbaa Info » a rapporté qu’il est attendu qu’une position explicite soit émise par le gouvernement mauritanien sur la question de la participation aux discussions sur la question du Sahara Occidental, qui seront lancées prochainement par le nouvel envoyé du secrétaire général de l’ONU, Def Mistura.

    Elle a expliqué : « On ne sait pas si le gouvernement mauritanien adoptera une position conforme à la position de l’Algérie, qui a été annoncée, ou couvrira-t-il sa participation aux pourparlers pour devenir la seule partie neutre sur la table ? »

    Blani Hilal: L’option table ronde dans le conflit du Sahara occidental est dépassée

    Mardi 12 octobre 2021, Ammar Balani, l’envoyé spécial chargé du Sahara occidental et du Maghreb arabe, a déclaré que l’option des tables rondes réclamées par le régime marocain pour discuter de la question sahraouie avec la participation de l’Algérie » est devenu obsolète. »

    Cela est venu dans une déclaration de Blaney à l’agence de presse algérienne en réponse à l’invitation de l’ambassadeur marocain Omar Hilal lors de la Conférence des non-alignés à la participation de l’Algérie à ce qu’il a appelé une table ronde sur le Sahara occidental.
    Selon Blaney, le soi-disant engagement dans les « tables rondes » n’est plus à l’ordre du jour.

    Il a expliqué : Cette option est aujourd’hui dépassée, compte tenu de l’utilisation honteuse par la partie marocaine de la participation de l’Algérie aux précédentes tables rondes pour présenter à tort notre pays comme partie à un conflit « régional », alors que toutes les résolutions du Conseil de sécurité précisent nommément et franchement la deux parties au conflit, à savoir le Maroc et le Front Polisario.

    Il a expliqué : L’Algérie, comme la Mauritanie, a une caractéristique claire, qui est qu’ils sont deux pays voisins, a noté selon les Nations Unies.

    Ammar Balani a souligné que : la volonté illusoire d’imposer la soi-disant thèse de l’autonomie est vouée à l’échec, et le Maroc portera l’entière responsabilité de la détérioration de la situation dans la région car il n’a même pas respecté l’engagement du feu Roi ( Hassan II), qui a soutenu une solution juste et définitive au conflit du Sahara Occidental, dès lors du référendum d’autodétermination.

    Il a souligné que « pour permettre le lancement d’un processus politique sérieux et crédible, sous les auspices des Nations Unies et grâce aux bons offices du nouvel Envoyé personnel, Staffan de Mistura, il est nécessaire, en premier lieu, de créer le conditions graves et nécessaires à une cessation des hostilités, à commencer par obliger la puissance occupante à revenir à la situation d’avant le 13 novembre 2020, date de la rupture brutale du cessez-le-feu par l’armée d’occupation marocaine et de l’occupation illégale du tampon de Guerguerat zone, ce qui est une violation des accords précédemment signés entre les deux parties.

    Il a indiqué que le Secrétaire général des Nations unies, dans son dernier rapport, a souligné que « le statut de la zone tampon en tant que zone démilitarisée reste nécessaire à toute solution pacifique dans la région » et a exhorté le Maroc à revenir à la situation antérieure.

    Selon Blaney, les déclarations illogiques émises par les autorités marocaines concernant la non-annulation des actions menées par les forces d’occupation marocaines à Guerguerat sont irresponsables et constituent un obstacle majeur à une éventuelle reprise du processus politique.

    Blaney a appelé à la nécessité de revenir aux critères originels d’un règlement politique du conflit du Sahara occidental, si la communauté internationale souhaite vraiment relancer des négociations directes efficaces et sérieuses, de bonne foi et sans conditions préalables, entre les deux parties pour le conflit.

    Il a souligné : Le droit international finira par triompher, comme l’ont clairement indiqué les arrêts de la Cour européenne, en annulant deux accords illégaux conclus sans le consentement du Front Polisario, en tant que représentant unique et légitime du peuple de Sahara occidental.

    Il a poursuivi : Les signataires ont pillé les ressources naturelles d’un peuple vivant sous le joug d’une occupation insupportable et d’une oppression systématique et délibérée à un moment où les responsables du pays occupant tentent de camoufler une victoire retentissante de la juste cause du peuple sahraoui.

    Blaney a souligné que puisque le Polisario et le Royaume du Maroc sont membres de l’Union africaine, l’Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies peut s’appuyer sur cela comme un critère essentiel pour permettre à l’Organisation de l’Union africaine de jouer le rôle de facilitateur pour des pourparlers directs et francs, sans aucun préalable, entre les deux Etats membres sur la base des principes inscrits dans l’Acte constitutif africain et ratifié par le Royaume du Maroc.

    Il a expliqué que le sommet du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, tenu en mars 2021, a encouragé les deux États membres, le Royaume du Maroc et la République arabe sahraouie démocratique, à engager des négociations directes et franches sans aucune condition préalable.

    Article précédentLe prix des billets pour la Coupe du monde au Qatar irrite les fans du monde entier
    Article suivantQatar World Cup 2022.. « Les Verts » font connaissance avec leur rival dans la Match barage