CAN 2023 : Quand le Football Tourne au Cauchemar – Haine et Racisme Déferlent

0
CAN 2023 : Quand le Football Tourne au Cauchemar - Haine et Racisme Déferlent

Maroc Foot: La CAN 2023 a été le théâtre d’une confrontation intense entre le Maroc et la République Démocratique du Congo (RDC), qui a culminé dans une bagarre générale sur le terrain, suivie d’un déferlement choquant de haine et de racisme sur les réseaux sociaux. Ce qui aurait dû être un match de football s’est transformé en un champ de bataille virtuel, révélant l’obscurité qui peut parfois entourer le sport.

Un Match Tumultueux

Le match opposant le Maroc à la RDC lors de la deuxième journée du groupe F de la CAN 2023 s’est soldé par un match nul (1-1). Les Marocains ont ouvert le score grâce à Ashraf Hakimi après seulement six minutes de jeu, mais les Congolais ont égalisé à vingt minutes de la fin grâce à Katompa.

Les Léopards de la RDC ont réalisé une performance remarquable en tenant en échec les demi-finalistes de la Coupe du Monde 2022. Ils auraient même pu espérer mieux si Bakambu n’avait pas raté un penalty avant la mi-temps.

Les Lions de l’Atlas, favoris pour remporter la compétition, ont vu leur confiance ébranlée. Ils devront attendre leur dernier match contre la Zambie, prévu le mercredi 24 janvier, pour décrocher leur ticket pour les huitièmes de finale.

La Bataille Générale

Au coup de sifflet final, une bagarre générale a éclaté, impliquant joueurs et membres de l’encadrement des deux équipes. Tout a commencé lorsque l’entraîneur marocain Walid Regragui est venu saluer le capitaine congolais Chancel Mbemba, qui était agenouillé, les yeux levés vers le ciel.

Selon les images télévisées, le Congolais s’est levé et a tendu la main pour saluer l’entraîneur marocain. Cependant, Regragui a retenu le bras de Mbemba, mécontent que ce dernier ne le regarde pas dans les yeux. La situation a dégénéré à partir de là.

L’Explosion sur les Réseaux Sociaux

Les altercations se sont poursuivies dans le tunnel menant aux vestiaires, où le gardien marocain Yacine Bounou a dû intervenir pour empêcher son coéquipier Youcef Ennessiry de s’en prendre à Mbemba.

Ce qui est encore plus inquiétant, c’est le déferlement de haine et de racisme qui a envahi les réseaux sociaux. Le compte Instagram du capitaine congolais a été inondé de commentaires et d’insultes racistes provenant de prétendus « supporters » marocains.

Bien que Walid Regragui ait nié tout propos raciste lors de son altercation avec Chancel Mbemba, les attaques racistes émanant de certaines pages marocaines sur les réseaux sociaux sont indéniables.

Une Compétition Ternie

Dès le début de la compétition, des pages marocaines avaient tenté de ternir la réputation des supporters algériens en exploitant une vidéo d’une influenceuse algérienne. Les tensions et les rivalités ont pris une ampleur inquiétante.

La CAF (Confédération Africaine de Football), qui a réagi rapidement en sanctionnant l’entraîneur algérien de la Tanzanie, Adel Amrouche, pour avoir dénoncé l’influence excessive du Maroc au sein de l’instance africaine, doit maintenant faire face à cette vague de haine qui accompagne la CAN 2023 sur les réseaux sociaux.

La CAN 2023, qui devrait être une célébration du football africain, a été entachée par des incidents sur le terrain et un déferlement de haine sur les réseaux sociaux. Le racisme et les tensions entre supporters ont obscurci l’événement sportif tant attendu. Il est impératif que les instances dirigeantes du football africain prennent des mesures pour combattre ces manifestations de haine et de discrimination. Le sport doit rester un moyen d’unité et de célébration, et non de division et de discorde.

Article précédentNouveau Gouvernement en France : Quel Avenir pour les Relations avec l’Algérie ?
Article suivantLégumes Secs en Algérie : La Fin de la Pénurie ou une Parenthèse Temporaire ?