Dans un message urgent à toutes les Services de sécurité: Un plan pour inonder l’Algérie de « drogues marocaines »

0
drogues marocaines
Advertisement

Algerie Maroc: Le Commandement Suprême de l’Armée Nationale Populaire a envoyé une dépêche à tous les services de sécurité, appelant à serrer la vis aux barons et dealers de la drogue, tout en imposant un contrôle sur les grandes quantités de ces toxines qui entrent quotidiennement dans notre pays, notamment avec l’ouest frontières, après avoir reçu des rapports détaillés sur l’exposition systématique de l’Algérie au risque d’essayer de déverser des tonnes de drogue.

le ministère de la Défense nationale a dirigé l’envoi vers tous les différents services de sécurité, en particulier les unités travaillant sur le terrain dans le domaine de la lutte contre la drogue et le trafic illégal de drogue, similaires aux intérêts de la gendarmerie, y compris les gardes-frontières, ainsi que la sécurité nationale, leur ordonnant d’affronter la « guerre féroce ». le groupe de jeunes, tout en œuvrant pour contrecarrer l’afflux de ces toxines vers la patrie avec l’intensification des raids sur les tanières et les zones où le trafic de drogue est suspecté, en plus du renforcement de la surveillance sur les routes.

Le résultat opérationnel du ministère de la Défense nationale a prouvé que l’Algérie est devenue, depuis plus de 5 ans, la cible des réseaux internationaux alliés aux pays de la région aux intentions politiques malveillantes, notamment le régime du Makhzen. C’est la catégorie des jeunes.

Dans ce cadre, le Directeur de la Sécurité Publique et de l’Emploi au Commandement de la Gendarmerie Nationale, le Colonel Mohamed Reda Kabaili, qui occupe actuellement le poste de Commandant du Quatrième Commandement Régional de la Gendarmerie Nationale à Ouargla, a révélé lors de sa présentation du bilan annuel de les activités de la gendarmerie en 2021, qu’au cours de l’année 2021, près de 600 tonnes de qualité marocaine ont été saisies. .

Le colonel Kabaili a indiqué qu’en 2021, la gendarmerie nationale avait arrêté 4 885 personnes et saisi 2 364 342 comprimés hallucinogènes, en plus de saisir 592,52 tonnes de qualité traitée et 658 491 kg de cocaïne, ainsi que 492 buissons de cannabis.

L’officier de sécurité a indiqué que le Commandement de la gendarmerie nationale a mené une étude approfondie sur le cannabis marocain, qui comprenait des données scientifiques et opérationnelles pour une période de 10 ans « 2010-2020 », au cours de laquelle 30 000 échantillons ont été analysés, dont 1 058 tonnes de haschisch saisis.

Cette étude a également conclu que le cannabis marocain est devenu une menace pour la santé publique en raison du fait que son effet est devenu proche de celui des drogues dures en raison du pourcentage élevé de la substance active. Qui est devenu 20% en 2020, selon le colonel Kabyle.

De plus, pour faire face à cette guerre acharnée, l’armée a déployé des efforts continus et inlassables pour sécuriser les frontières nationales et lutter contre le crime organisé, en particulier les gangs de trafiquants de drogue, à travers une stratégie globale adaptée au développement des méthodes des gangs de trafiquants de drogue et des pays derrière eux. , mené par le système Makhzen, qui se manifeste par des opérations qualitatives dans la lutte contre le trafic de drogue.

Dans ce contexte, le gouvernement s’est récemment engagé à revoir la loi anti-trafic de drogue pour renforcer les sanctions, dans le but de dissuader les réseaux de contrebande, après l’augmentation significative de la propagation de la drogue chez les jeunes et les adolescents, et son impact direct sur l’exacerbation de délits.

« L’Algérie est exposée à un danger systématique dans le domaine du trafic de drogue, et nous avons des données et des statistiques confirmant que nous sommes exposés à une tentative de déversement de tonnes de drogue, et cette situation nécessite d’adapter les moyens de contrôle, et nous avons des mesures préventives et des solutions dissuasives », a déclaré le ministre de la Justice, Hafez al-Seals, Abderrachid Tabbi, lors d’une session au Parlement.

Tobbi a ajouté : « Le gouvernement a décidé de durcir les peines pour les organisations criminelles, et le texte légal relatif au contrôle des stupéfiants sera reconsidéré pour durcir les peines au maximum en urgence, et s’occuper de l’aspect préventif.

De son côté, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a précisé que le Maroc reste une région privilégiée pour la production et l’exportation de cannabis, car le régime marocain utilise tous les moyens pour promouvoir son poison et le commercialiser hors des frontières au détriment de la sécurité. et la stabilité des pays voisins. Le régime du Makhzen tente de dissimuler les échecs économiques et les tensions sociales. La pauvreté s’étend au Maroc et le chômage sévit parmi les jeunes. C’est pourquoi le régime marocain tolère la contrebande et le trafic de drogue, tout en encourageant ses agents déployés aux frontières pour faciliter le passage de tonnes de drogue vers l’Algérie.

Un rapport des Nations Unies publié en août 2020, a averti que la production et le flux continus de cannabis et de haschisch sur une base régulière et stable du Maroc vers les pays voisins et le Sahel contribuent au financement de groupes armés actifs et menacent de déstabiliser la région en raison de l’imbrication entre les gangs de trafiquants de drogue et les groupes terroristes opérant dans la région. Les groupes terroristes fournissent une couverture de sécurité aux passeurs en échange d’une part des revenus du trafic de drogue.

Article précédentEto’o : J’aime le peuple algérien et je regrette ce qui s’est passé à cause du match Algérie-Cameroun
Article suivantCuba autorise les investissements étrangers dans le commerce pour résoudre la crise de pénurie