Détournement présumé de fonds : L’ex-ambassadrice de Libye à Bruxelles en détention

0
Détournement présumé de fonds : L'ex-ambassadrice de Libye à Bruxelles en détention

La Libye est secouée par une crise diplomatique alors que les allégations de détournement de fonds publics et de faux entourent Amel Jerary, l’ancienne ambassadrice de Libye à Bruxelles.

La décision du Premier ministre et ministre des Affaires étrangères libyen, Abdulhamid Dbeibeh, de mettre fin au détachement d’Amel Jerary en tant qu’ambassadrice de Libye à Bruxelles intervient dans un contexte de révélations sur des virements suspects de fonds publics de l’ambassade vers une entreprise familiale, totalisant plusieurs centaines de milliers d’euros. Amel Jerary réfute catégoriquement ces accusations.

La situation a pris une tournure dramatique avec l’annonce du bureau du procureur général de Libye de l’ouverture d’une enquête sur cette affaire et de l’ordonnance de détention préventive d’Amel Jerary, désormais ex-ambassadrice du pays auprès de la Belgique et du Luxembourg.

Ce scandale a été déclenché par la diffusion d’un message vocal de l’ambassadrice libyenne dans les médias locaux. Daté d’avril dernier, ce message audio révélait qu’elle demandait à sa secrétaire de créer une fausse facture pour justifier les décaissements depuis le compte « santé » de l’ambassade. Ce compte est précisément celui dont elle est accusée d’avoir vidé indûment entre mai et juillet de cette année. Nadima E-G., qui a reçu ce message vocal, a confirmé son authenticité lors d’une interview à la télévision nationale libyenne.

L’indignation et l’inquiétude ont rapidement gagné la communauté diplomatique et politique en Libye. Les autorités libyennes s’efforcent actuellement de faire toute la lumière sur cette affaire, qui pourrait avoir d’importantes implications sur les relations diplomatiques du pays avec la Belgique et le Luxembourg, ainsi que sur la réputation de l’ambassadrice incriminée.

Le Premier ministre Dbeibeh a affirmé que la transparence et la reddition de comptes étaient des valeurs fondamentales pour le gouvernement libyen, et que toute allégation de corruption ou de détournement de fonds serait traitée avec la plus grande sévérité.

Cette affaire souligne l’importance cruciale du respect de l’intégrité et de l’éthique dans la diplomatie internationale. Elle continuera à faire l’objet d’un suivi attentif alors que l’enquête se poursuit.

Article précédentFacilitation de l’importation de voitures neuves en Algérie : une mesure pour stimuler le marché automobile
Article suivantRenforcement de la Coopération Entre l’USTHB et Elsewedy Câbles Algérie