Il se tiendra après le sommet arabe en Algérie: Le Maroc prépare un sommet des pays Arabes normalisés avec Israël

0
Maroc Israël
Advertisement

Maroc Israël: Des sources identiques ont rapporté que le Premier ministre d’Israël, Yair Lapid, devrait se rendre au Maroc dans les prochaines semaines, pour préparer un sommet avec les pays arabes signataires des accords d’Abraham – la religion abrahamique – à l’occasion de son deuxième anniversaire.

Le journal hébreu, Israel Hayom, citant des sources diplomatiques, a déclaré que le Premier ministre israélien s’apprêtait à se rendre au Maroc avant les élections, afin de préparer « la convocation d’une conférence entre les chefs d’État qui ont signé des accords de paix avec la puissance occupante ». », et les pays concernés, qui ont été récemment imprimés, dont les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, en plus du Maroc.

Le Makhzen se fait fortifier par l’ennemi historique pour confondre le sommet de l’Algérie

Alors qu’une source officielle au sein du ministère sioniste des Affaires étrangères s’est refusée à commenter la nouvelle, le journal a confirmé l’existence d’une « préparation au plus haut niveau d’un sommet des pays participant au plan de paix », selon le journal.

Israel Hayom a expliqué, jeudi, que « la conférence intervient à l’occasion du deuxième anniversaire de la signature des accords de paix entre Israël, les EAU, Bahreïn et le Maroc, sous les auspices des Etats-Unis d’Amérique ».

Il a également été déclaré que « la conférence qu’Israël prévoit sera différente du Forum du Néguev, qui a été organisé par Tel-Aviv il y a plusieurs mois et qui s’est tenu au niveau des ministres des Affaires étrangères uniquement », et qu’il sera au plus haut niveau.

Par ailleurs, le journal marocain en ligne Hespress, proche des services de renseignement, a indiqué que Nasser Bourita, le ministre marocain des affaires étrangères, avait reçu « une invitation à se rendre en Israël en septembre prochain, alors que les responsables israéliens courent contre la montre pour organiser l’un des deux événements avant les élections à la Knesset israélienne.

Le Premier ministre israélien s’apprête à se rendre au Maroc pour préparer le sommet

S’exprimant lors du sommet du Néguev, le ministre marocain Bourita a exprimé, selon Hespress, la volonté du Maroc d’accueillir un événement similaire, déclarant : « J’espère que nous nous reverrons dans un autre désert ; Mais avec le même esprit.

Le Maroc, qui a pris le train de la normalisation, il y a deux ans, connaît une ruée sans précédent avec l’entité sioniste, chef d’état-major de Tsahal, et Yaakov Shabtai, inspecteur général de la police israélienne.

En l’absence prolongée du roi Mohammed VI, épuisé par la maladie, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita apparaît à la pointe de l’industrie du « flânage dans le giron des sionistes », qui qualifie de « chaleureuse » la relation avec le Makhzen. qui accélère ses démarches pour conclure plus d’accords avec les sionistes, et se soumettre à eux, au point d’éviter de condamner le massacre perpétré par l’armée sioniste dans la bande de Gaza la semaine dernière qui a fait plus de 40 martyrs, mais a plutôt assimilé le victime avec le bourreau.

Le chef de l’Observatoire marocain contre la normalisation, Ahmed Wehman, avait appelé au départ de Bourita, suite à la déclaration « scandale », affirmant que Bourita était « devenu plus sioniste que sioniste ».

le sommet « de mauvais augure » auquel le Makhzen, parrain des intérêts sionistes dans la région, participera, à la fin de l’année en cours, ne sera qu’un mois après le sommet arabe organisé par l’Algérie le premier novembre, et la Palestine sera au premier plan de son ordre du jour, il ne peut s’agir que d’une « perturbation » délibérée des efforts de l’Algérie pour parvenir à la réconciliation palestinienne, et d’intimidation de l’ennemi historique.

Article précédentMoyen orient : après l’Arabie Saoudite, Oman ouvre son espace aérien aux avions israéliens
Article suivantLa poigne de fer continue et Madrid paie lourd: L’Algérie réduit de moitié ses exportations de gaz vers l’Espagne