Israël : Maroc sous pression après les rappels d’ambassadeurs par la Jordanie et le Bahreïn

0
Israël : Maroc sous pression après les rappels d'ambassadeurs par la Jordanie et le Bahreïn

Le Maroc, qui avait normalisé ses relations avec Israël en 2020, se retrouve sous pression alors que la Jordanie et le Bahreïn ont rappelé leurs ambassadeurs à Tel-Aviv en signe de protestation contre les récents événements en cours à Gaza. Le royaume alaouite est désormais confronté à un exercice d’équilibre délicat entre son soutien présumé à la cause palestinienne et son alliance avec Israël.

Rappels d’Ambassadeurs par la Jordanie et le Bahreïn

La Jordanie, qui avait établi des relations diplomatiques avec Israël, a été le premier pays arabe à prendre des mesures concrètes en réponse aux récents événements. Après avoir condamné à plusieurs reprises les bombardements israéliens à Gaza et les pertes civiles qui en ont résulté, la Jordanie a annoncé le rappel de son ambassadeur à Tel Aviv le 1er novembre.

Le Bahreïn a emboîté le pas à la Jordanie en annonçant le rappel de son ambassadeur à Tel-Aviv et le départ de l’ambassadeur israélien à Al Manama le 2 novembre. Le parlement du Bahreïn a également déclaré la suspension des relations commerciales avec Israël.

Ces actions mettent en évidence la pression exercée par certains pays arabes sur ceux qui ont normalisé leurs relations avec Israël, à l’heure où ce dernier mène des bombardements massifs à Gaza.

Position Délicate du Maroc

Le Maroc, dernier pays arabe à avoir normalisé ses relations avec Israël en 2020, se trouve dans une position de plus en plus inconfortable. Alors que l’armée israélienne poursuit ses frappes sur la bande de Gaza, le Palais royal marocain n’a pas adopté de position publique forte.

Le ministère des Affaires étrangères du Maroc a exprimé sa « grande inquiétude et profonde indignation » face à la situation humanitaire à Gaza. Il a dénoncé les actions israéliennes et les a qualifiées de contraires au droit international humanitaire.

Cependant, contrairement à la Jordanie et au Bahreïn, le Maroc n’a pas annoncé de mesures diplomatiques concrètes en réponse à la crise. Le royaume chérifien n’a pas attaqué Israël, son nouvel allié, dans ses déclarations publiques.

Maroc sous pression

La situation devient de plus en plus difficile pour le Maroc, qui est le seul pays parmi les normalisateurs à ne pas avoir pris de mesures concrètes en réponse à la situation à Gaza. Les manifestations en soutien aux Palestiniens se multiplient au Maroc, et la diplomatie marocaine se trouve face à un dilemme délicat, essayant de ménager à la fois Israël et son image internationale en tant que défenseur de la cause palestinienne.

La position actuelle du Maroc, entre son nouvel allié et la pression exercée par d’autres pays arabes, est complexe. Il reste à voir comment le Maroc équilibrera ces intérêts divergents et si d’autres pays arabes prendront des mesures supplémentaires à l’encontre du royaume alaouite.

Article précédentRéchauffement Diplomatique : L’Algérie et l’Espagne sur la Voie de la Réconciliation
Article suivantActualisation des produits Halal en Algérie : Des arômes artificiels désormais concernés