Ce 11 octobre le monde entier célèbre la journée de la fille. A la différence de la journée de la femme, cette manifestation vise essentiellement à protéger les droits des petites filles dans le monde. Cette année la lutte est axée sur les mariages précoces.

 

1 femme sur 3, âgée de 20 à 24 ans, dan s le monde a été mariée avant 18 ans/ DR

Cette journée a été adoptée le 19 décembre 2011 par l’Assemblée générale des Nations Unies. L‘ONU a donc décidé pour cette première journée internationale de la fille de concentrer son attention sur la question du mariage des enfants.

 « À l’échelon mondial, environ 1 jeune femme sur 3, âgée de 20 à 24 ans –soit environ 70 millions– était mariée avant l’âge de 18 ans. Malgré une baisse de la proportion d’enfants mariées au cours des 30 dernières années, le problème persiste, en particulier dans les zones rurales et parmi les populations les plus pauvres.  Si la tendance actuelle se poursuit, à peu près 150 millions de filles auront été mariées avant leur dix-huitième anniversaire au cours de la prochaine décennie », explique Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations Unies.

Pour débattre de ce problème qui touche le monde entier, une table ronde sur le sujet est prévue à New York en présence  de Ban ki- moon et de l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix nobel de la paix et fondateur de l’association « Girls not bride », qui lutte depuis des années contre le mariage des petites filles.

Des mariages fatals pour l’avenir des filles

Le mariage des jeunes filles de moins de 18 ans est très compromettant pour leur avenir. Elles sont d’autant plus exposées à la violence et aux abus, ce qui met leur santé en danger. Sans comprendre elles se retrouvent souvent mère malgré elles alors qu’elles ne sont encore que des enfants.

 

Article précédentNaissance de l'Union maghrébine des huissiers notaires et des mandataires de justice
Article suivantAlgérie – France/ Un réseau de change occulte démantelé à Marseille