algerie libye

L’Algérie occupe une position stratégique importante dans l’environnement régional, notamment son rôle efficace dans le règlement de la crise libyenne. Les dirigeants algériens ont affirmé à plusieurs reprises leur soutien à la Libye et leur soutien à une solution pacifique représentée par la tenue d’élections dans les meilleurs délais.

Les relations entre l’Algérie et le gouvernement d’union nationale dirigé par Abdelhamid Dabaiba se sont récemment renforcées, à l’heure où certains pays soutiennent le gouvernement de Fathi Pashaga, comme l’Egypte.

Coïncidant avec la tension qui a été signalée par des sources médiatiques, entre l’Algérie et le Caire, sans se rendre publique de manière officielle, Nabil Al-Sokni, journaliste libyen indépendant, a révélé que l’Algérie signera un accord de défense conjointe avec le gouvernement de l’unité nationale, comme celle que la Libye a signée avec la Turquie, si nécessaire.

Il est à noter que l’Algérie a signé avec la Libye en 2013 un protocole d’accord portant sur la coopération en matière de défense, de sécurité des frontières et de lutte contre la contrebande d’armes et l’immigration clandestine.

Dans ce contexte, le site Internet Al-Araby Al-Jadeed, citant des sources diplomatiques égyptiennes , a révélé que le Caire avait reçu de sévères avertissements de l’Algérie concernant les récentes démarches de l’Egypte pour soutenir Fathi Bashagha et l’aider à entrer dans la capitale libyenne, Tripoli, en alliance avec des milices. et des groupes armés dans l’ouest de la Libye.

L’Algérie a confirmé qu’elle ne permettrait pas de telles mesures et a clairement indiqué aux autorités égyptiennes que « militariser la crise libyenne » et s’engager dans des batailles militaires dans la capitale, Tripoli, est une ligne rouge pour elle.

Selon la même source, la partie algérienne a affirmé que faire cela et franchir la ligne rouge à cet égard conduirait au soutien militaire de l’Algérie au gouvernement d’union nationale.

De son côté, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a souligné, plus tôt , que l’Algérie sera toujours à la disposition de la Libye et sans cupidité.

Le président de la République a également souligné que la consultation de l’Algérie est nécessaire sur les questions sahéliennes, libyennes, méditerranéennes et autres.

Article précédentMétéo / pluies et vents dans plusieurs wilayas du pays
Article suivantMalgré l’échec collectif, Mahrez réalise des chiffres individuels historiques avec Manchester City